Déjà 2 commentaires : Rejoignez la discussion

[FIJ Cannes 2018] Débrief – Le salon et la sélection enfant

Comme l’année dernière, Cyrus et Benofx ont troqué leur chronique « Jeux du mois » pour vous parler du plus grand des festivals français traitant des jeux de société : le Festival International des Jeux de Cannes. Pour l’occasion, ils sont accompagnés du Pionfesseur, avec qui ils ont eu l’occasion de déambuler sur le salon.

Qui dit gros salon, dit gros débriefing ! Ici vous pourrez écouter la première partie qui est consacrée au festival en lui-même (son organisation, le off, les lauréats de l’As d’Or, …) et aux jeux de la sélection As d’Or « Enfant » (vous savez, ces jeux auxquels aucun d’entre nous n’avait joué – et bien c’est chose faite). Le prochain épisode sera, quant à lui, consacré à tous les autres jeux que l’on a pu essayer sur le salon.

1:44:51 - Télécharger le fichier mp3 (96 Mo)

Vous pouvez « streamer » notre podcast ou vous abonner à notre flux iTunes. Si vous nous appréciez, notez notre Podcast dans iTunes et laissez-y un commentaire ! Sur Android, nous vous recommandons d’utiliser l’application (gratuite) Podcast Addict.

 

Nos interviews

 

Cyrus nous a ramené deux interviews que vous pourrez écouter très prochainement :

  • Alexandre Emerit : Auteur de Boom nommé dans la catégorie As d’Or « Enfant »
  • Sylex : un nouvel éditeur qui prépare la campagne Kickstarter de leur 1er jeux – Dreamscape
Alexandre prend la pose derrière une boîte de Booum en démonstration
Alexandre Emerit présente Booum
Pierre et Florian tenant une boîte prototype de Dreamscape devant l'affiche annonçant la campagne Kickstarter le 27 mars
L’équipe Sylex, prête pour l’aventure Kickstarter

Le salon

Les chiffres et l’organisation

0:06:20 Chiffres et organisation

Après plusieurs années de croissance, le festival semble se stabilisé et les chiffres sont assez similaires à ceux de l’année dernières :

  • 30 000 m²
  • Env. 300 exposants (JV, jeux traditionnels, etc. inclus)
  • 100 000 visiteurs
  • 300 auteurs et illustrateurs
  • 3500 professionels
  • 300 journalistes et influenceurs
  • 1700 badges VIP (vendu à 30€)

La demi-journée réservée aux professionnels et à la presse est passée du vendredi matin au jeudi après-midi, ce qui a été très apprécié et ce qui rallonge le festival.

Cette année, les problèmes de longues files d’attente qu’a pu connaitre le festival ont été mieux gérés côté public… au détriment des accès pour les personnes munies de badges. L’ajout de portiques de détection de métaux y est sûrement pour quelque chose !

Longue file d'attente des porteurs de badges
La file d’attente côte front de mer était impressionnante pour les porteurs de badges

 

Le FIJ avec des enfants

0:28:22 Le FIJ avec des enfants
Panneau désignant une interdiction d'utiliser une poussette
Poussette interdite

Le Festival International des Jeux, c’est aussi pour les enfants ! A l’étage, un grand espace leur est d’ailleurs dédié, même si la logistique pour les parents n’est pas toujours facile (les poussettes sont interdites). Les stands ne sont pas pour autant des « garderies », mais comme tous les ans de nombreuses annonces concernant des enfants perdus ponctues les parties de tous les joueurs.

Des enfants jouant à un jeu de construction sur un stand
Ceci n’est pas une garderie

 

Les Stands

0:35:28 Les stands

Les stands consacrés aux jeux vidéos fondent comme neige au soleil d’année en année (c’est à se demander si l’espace Jeux Vidéo ne va pas disparaître à terme), le sous-sol du palais des festivals est désormais intégralement consacré jeux de société et aux jeux de simulation/figurines (cf. plan).  Les stands sont relativement similaires aux années précédentes, on est encore très loin de la démesure d’Essen.

Nes et Super Nes en pleine action
Retrogaming

Nous avons également découvert cette année qu’il existe un concours du plus beau stand avec 3 catégories (en fonction de la taille). Les vainqueurs sont :

  • Hurrican categorie <36m²
  • Loki catégorie <100m²
  • Goliath catégorie >100m²

 

La couverture médiatique

0:39:37 Couverture médiatique

Encore une fois, Ludovox est sans aucun doute le média qui couvre le mieux le festival, une grosse présence, beaucoup de matériel et ils trouvent même le temps d’organiser un sympathique apéro/rencontre lors du dernier Off

Shanouillette et Shaman posent devant leur Cthulhu-cam
La Cthulhu-cam de Ludovox (Crédit Ludovox)

Certains média viennent de loin, c’est notamment le cas de « Es-tu Game », les sympathiques et parfois délurés québécois. On vous invite à jeter un œil à leurs vidéos !

Fait assez étonnant, le stand Tric Trac complètement vide (si ce n’est la présence d’un kakémono) et sans aucune activité (les 2 tables disponibles sur le stand étaient « squattées »).

Le stand vide de Tric Trac
Le stand vide de Tric Trac

Evolution notable également, la présence d’un stand officiel Board Game Geek, sur lequel les interviews sont allées bon train. La présence de cette référence mondiale est de bonne augure pour l’attrait et l’aura « internationale » du festival dans les prochaines années.

L'équipe de BGG en action
L’équipe de BGG en action

La vente de jeux

0:47:14 Vente de jeux

« Traditionnellement », le FIJ n’est pas un festival où les éditeurs vendent beaucoup de jeux. Une habitude qui change doucement depuis quelques années : les ventes augmentent et il est de plus en plus fréquent de voir certains jeux « Sold out ». Comme pour les stands, nous sommes néanmoins encore très loin de la démesure d’Essen !

 

Les expositions

0:52:26 Exposition

Cette années, plusieurs expositions mettaient en avant le travail des illustratrices et illustrateurs des jeux de société, avec notamment l’exposition « Dessine-moi un jeu », mais aussi une exposition consacré à Dixit et une autre consacré à Twin It.

 

Le « Off »

0:56:57 Le OFF

Les changements apportés l’année dernière continus à porter leurs fruits et le off est plus que jamais un succès :

  • Plus de 3000 entrées
  • De 22h à 4h du matin (pas d’entrée possible après minuit)
  • Organisation au top
  • Bar et surtout bières au top (gérer par le réseau des cafés ludique)

 

Les As d’Or

La cérémonie

1:05:23 La cérémonie

Ça y est, la remise de l’As d’Or a le droit à la plus grande salle du Palais des Festival (vous savez, celle où l’on remet une certaine « palme »). Un gros succès avec plus de 2000 personnes dans l’audience. Malgré tout, la cérémonie manque toujours un peu de peps, même si ça a tendance à s’améliorer. On vous laisse juger (ICI).

Les lauréats

1:12:15 Les lauréats
  • Enfant : Nom d’un Renard ! – un jeu de Marisa Peña, Shanon Lyon et Colt Tipton-Johnson, illustré par Melaine Grandgirard et édité par Game Factory

  • Expert : Terraforming Mars – un jeu de Jacob Fryxelius, illustré par Isaac Fryxelius et édité par Intrafin

  • As d’Or : Azul un jeu de Micheal Kiesling, illustré par Chris Quilliams et Philippe Guérin et édité par Plan B Games

 

Les jeux de la sélection « Enfant »

Booum !

1:21:20 Booum !

Le jeu a séduit toute l’équipe de Proxi-Jeux présente. Il s’avère être un excellent jeu d’ambiance pour adulte. Son accessibilité à partir de 7 ans y est sans doute pour beaucoup dans le plaisir pris par les adultes. Reste la question de la robustesse du matériel face aux épreuves qu’il devra endurer.

Nom d’un Renard !

1:27:25 Nom d'un renard !

Le moins jouable entre adultes des 3 jeux de la sélection, normal puisqu’il est recommandé à partir de 5 ans. C’est donc celui qui s’adresse aux plus jeunes. Cela a-t-il joué dans le choix final ? Ou bien est-ce le fait qu’il soit un des rares jeux de cet âge à proposer un mécanisme de déduction ? Ou encore son scanner gadget sorti tout droit des années 80 ?

 

Perlatette

1:35:00 Perlatette

Un jeu en équipes tournantes à partir de 6 ans. Un jeu plein de poésie comme sait les faire Drei Magier, l’éditeur d’origine du jeu. Le jeu a beaucoup plu à toute l’équipe, il est ingénieux et très amusant. Comme Booum !, il peut constituer un jeu d’ambiance intéressant et original pour les adultes (en plus de plaire aux enfants évidemment).

 

On se retrouve la semaine prochaine pour la suite du débrief avec le reste des jeux essayer lors du festival, d’ici là : jouez bien 😉

2 nombreux commentaires pour [FIJ Cannes 2018] Débrief – Le salon et la sélection enfant

  1. Salut la proxi-team, très heureux que vous ayez apprécié Booum. Et très content d’avoir eu le temps de faire une petite interview avec Cyrus, comme ça j’ai enfin pu mettre un nom sur une voix 😀
    Pour le matériel, tout ce que je peux dire c’est qu’il a survécu à 4 jours de festivals 😉 Donc, à moins de jouer avec des gros bou..ins, la boite tient le choc sans souci.

  2. Punaise, ca balance sur ma pomme dans cet épisode ^^
    Sinon très bon debrief, je vais enchaîner avec celui sur les jeux.
    Pour ma part j’ai trouvé que c’était cette année, une sensation d’un FIJ un peu « indé », à l’instar du jeu vidéo.
    Pas mal de gros éditeurs ont fait l’impasse sur les sorties : Pas de gros jeux chez Space Cowboys, Repos Production, Days of wonders… Seuls Bombyx et Libellud avaient leur grosse sortie annuelle, et Iello le lancement de toute sa gamme enfants (et l’ovni château aventure pour les adultes). Pas de grosse localisation pour Gigamic non plus, bref, salon assez pauvre pour les gros joueurs.
    Du coup j’ai trouvé que ça laisse de la visibilité aux plus petit pour émerger, et des plus petits jeux de trouver leur place, comme welcome chez Blue Cocker, Kingdom Run chez ankama, Topiary chez Aurora…
    Bref surprenant et interessant comme salon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *