Déjà 10 commentaires : Rejoignez la discussion

[Nanar ludique] Déconnaissance

Vous l’aviez rêvé, un second épisode de Nanar ludique, l’émission où Le Pionfesseur fait découvrir à Polgara et Cyrus un jeu étrange et si mauvais que ça en devient drôle et fascinant.

Pour nous soutenir, nous remercier ou encore nous encourager, vous pouvez le faire via Tipeee (https://www.tipeee.com/proxi-jeux) ou PayPal (https://www.paypal.me/proxijeux)

1:15:57 - Télécharger le fichier mp3 (69.5 Mo)

Vous pouvez « streamer » notre podcast ou vous abonner à notre flux iTunes. Si vous nous appréciez, notez notre podcast sur Apple Podcast et laissez-y un commentaire ! Sur Android, nous vous recommandons d’utiliser l’application (gratuite) Podcast Addict.

Déconnaissance

Introduction et commentaires précédents

0:00:00 Introduction et commentaires précédents

Rappel du principe de l’émission et retour sur les commentaires à propos du jeu exceptionnel qu’était Blasphemy.

Présentation du jeu

0:11:10 Présentation du jeu

Le Pionfesseur explique de quoi on va parle aujourd’hui : Déconnaissance, un jeu qui se targue d’être « de Patrick Sébastien ». Cyrus et Polgara reprennent une bière pour tenir le coup.

Les règles du jeu

0:22:05 Les règles du jeu

C’est l’heure de l’explication (très succinte) des règles. Dans la folie du moment, vos chroniqueurs préférés se lancent dans une séance folle de let’s play en direct et sans filet.

Notre avis et celui des internautes

0:41:30 Notre avis et celui des internautes

Tout le monde est d’accord : ce jeu est ce qu’il manquait au monde du party game. Son absence de réédition en fait une perle rare !
Pour ceux et celles que le souhaitent, Le Pionfesseur vous offre cette archive télévisuelle : https://www.ina.fr/video/PUB3784175133

Conclusion et Outro

1:07:15 Conclusion

Où l’on conclut et où l’on outrotte.

Musiques utilisées :

Astat – Daily Dozen

Patrick Sébastien – La Fiesta

10 nombreux commentaires pour [Nanar ludique] Déconnaissance

  1. Salut l’équipe !

    Déjà, Polgara a fait ma journée. A la fois drôle et un peu perdue. J’ai eu le sentiment qu’à plusieurs reprises elle se demandait si elle avait pas changé de dimension.

    Si vous cherchez quelqu’un qui possède le jeu, moi je connais ! Simon de la chaine youtube le passe-temps. C’est son trésor, son trophée, son plaisir coupable totalement assumé. Un conseil, ne le lancer pas sur ce jeu. Il vous arriverait à vous convaincre d’en faire une partie.

    Mais je comprends un peu son engouement parce que si on met de côté le côté complètement nul du jeu, c’est une gymnastique mentale assez géniale. Une déformation qui cache une réponse qui cache un jeu de mot. C’est la version inception de contrario.

    1. Merci bcp de ton retour ! Oui j’étais effectivement un peu perdue dans cet épisode car comme on l’a sûrement compris tous les jeux qui ont un (même vague) lien avec des connaissances et de la culture générale sont pour moi une épreuve difficile à surmonter.

  2. Salut la team,

    Pour l’anecdote, vous avez été très prêt d’un exemplaire, il y a peu. Il me semble me souvenir que Bruno Faidutti en apporte un exemplaire lors des Rencontres Ludopathiques d’Etourvy…

    Bon, sinon, on peut quand même dire que c’est un bon vieux produit issu des baby boomers :
    > un jeu ? boa, une variante du jeu de l’oie, c’est suffisant,
    > on met un mec célèbre sur la couv’, on pourra en produire de tonnes qui finiront dans les déchetteries de toute la France, (clin d’oeil aux 45 tours de Bernard Tapie et autres Georges Weah),
    > le jeu de mot, c’est une bonne idée, mais c’est pas la peine de creuser le concept pour en faire quelque chose de bien, on peut produire des nullités comme « poule qui sonne le glas » par douzaines en une seule après-midi pour deux ou trois bouteilles de beaujolais nouveau.

    C’est vraiment une génération qui mérite tout le mal qu’on peut en penser.

  3. Fou rire dans le métro à votre écoute 🙂
    Bon courage pour trouver un autre nanar du même niveau 😉

  4. Aaaah Déconnaissance ! Je pense que mon père a encore son exemplaire, bien caché dans un recoin pour ne pas faire honte aux Kris Burm, Alex Randolph ou autres Sid Sackson qui peuplent l’étagère.

    Je n’ai pas de vrai souvenir de partie, je pense que je manquais trop de culture à l’époque pour trouver la plupart des jeux de mots.
    Si ça vous intéresse je pense pouvoir vous l’envoyer… Ça serait vraiment bien que vous puissiez jouer aux jeux chroniqués ! mais je comprends aussi l’intérêt de garder la surprise, pour Polgara et Cyrus comme pour les auditeurs.

    À mon avis l’esthétique du plateau est vraiment un produit de son époque, elle me fait penser à Dingbats par exemple.

    Dans les « descendants » je pense aussi à C’est Pas Faux, qui fait faire une gymnastique mentale similaire où il faut réfléchir « de travers » avant de répondre.

  5. Salut,

    De fait, les questions (sans le plateau, faut pas déconner) ont bien égayés qqs uns de nos trajets vers Essen . Si la plupart des cartes sont basiques, quelques unes sont vraiment magiques avec des jeux de mots de haute voltige.

    Au final, dans un trajet en bagnole, Déconnaissance fait carrément le job.

  6. Merci pour ce bel épisode ! J’ai été extrêmement performant sur le let’s play, c’est grave ? En tout cas j’ai bien ri, et je trouve que ce jeu, au final, reflète bien l’image que j’ai de Patrick Sébastien : rire quoi qu’il arrive, même si c’est nul, de mauvais goût ou autre. Ce jeu est plus cohérent avec le personnage qu’un monopoly Star wars à mon sens.
    Au plaisir, j’ai hâte de découvrir le prochain nanard !

  7. Un épisode gênant qui va au delà de la critique du jeu en s’attardant à démonter un artiste populaire et dont la carrière a plutôt bien fini avec le grand cabaret. Ne vous méprenez pas, je ne suis pas fan du tout de Patrick Sebastien, mais vous avez passé trop de temps à critiquer la carrière d’un simple prête nom pour ce jeu. Du coup, cela a révélé les opinions politiques de la chroniqueuse, pourquoi pas louables, mais qui ne m’intéressent pas dans une chronique sur un jeu et qui étaient à la limite de la suffisance (après tout si les gens ont envie de regarder TF1, ou d’écouter une chanson paillarde, où est le mal ?). Ce n’est pas la première fois que Polgara exprime ses convictions personnelles mais trop politiques pour ce qui ne doit rester que du jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *