Déjà 4 commentaires : Rejoignez la discussion

N°115 – Chroniques

Complètement toqués, tels le Lièvre de Mars et le Chapelier Fou, ddschutz et Polgara vous souhaitent un joyeux non-anniversaire et vous offrent de nouvelles chroniques pour les joueuses et joueurs de 3 à 99 ans.

ddschutz et Polgara priant poliment un chroniqueur de restituer sa chronique dans les délais

 

Pour nous soutenir, nous remercier ou encore nous encourager, vous pouvez le faire via Tipeee (https://www.tipeee.com/proxi-jeux) ou PayPal (https://www.paypal.me/proxijeux)

1:45:43 - Télécharger le fichier mp3 (96.9 Mo)

Vous pouvez « streamer » notre podcast ou vous abonner à notre flux Apple Podcast. Si vous nous appréciez, notez notre Podcast dans Apple Podcast et laissez-y un commentaire ! Sur Android, nous vous recommandons d’utiliser l’application (gratuite) Podcast Addict.

0:06:00 La proximité

Festivals annulés pour beaucoup…

0:07:59Joueurs nés Polgara

Polgara raconte-nous une histoire ! Ce mois-ci, Polgara vous présente l’un de ses coups de cœur du dernier Festival International des Jeux de Cannes : Fabulia, le nouveau jeu de Marie et Wilfried Fort édité par Lifestyle Boardgames. Un jeu qui vous invite à raconter des histoires et à choisir les meilleurs animaux pour incarner vos personnages.

0:16:44Plateaux Numériques Fendoel Cyrus

Fendoel nous présente Epic Card Game sur Android. Un jeu pour amateur de Magic, Hearthstone et consorts.

Les liens qui vont bien:

App Store
Play Store
Steam
Philibert

0:29:03Ceci est un jeu CargoToaster

CargoToaster vous invite à découvrir la nouvelle énigme de « Ceci Est Un Jeu ». Une énigme sonore à base d’extraits musicaux, de répliques de films, de génériques TV etc.. où le but du jeu est de trouver le jeu de société auquel les extraits font référence !

Saurez-vous trouver le jeu en question ?

Pour envoyer votre réponse, c’est ici (date limite : 13 avril 2020).

 

Sources des extraits sonores :
1. Génériques et jingles

 

2. Ceci est la réponse

La réponse du mois dernier était Très futé Vous trouverez ici le liste des extraits.

Résultat de recherche d'images pour "très futé schmidt"       

 

3. L’Énigme du mois

  • « Ki dit mié » – Magic System
  • Kaamelott – Livre 1 Episode 47 par Alexandre Astier
  • « Les voisins » – Les Wriggles
  • Hommage à Pierre Dac – Reportage Fr3
  • How I Met Your Mother – S01E06
  • « A nos actes manqués » – Jean-Jacques Goldman
  • Quand tu bosses dans la déco – Valerie Damidot
  • Anxiété – Pomme

 

0:39:03Joueur d'ailleurs Hammer

Hasard des rencontres, c’est encore un ressortissant canadien que Hammer a pu interviewer, en la personne de Rodney Smith. Ce Youtubeur fort sympathique exerce ses talents depuis 2011 sur la chaîne qu’il a montée : Watch It Played. Comme son nom le suggère, la spécialité de Rodney ce sont les explications de règles en vidéo, une spécialité dont il a fait son métier à plein temps. Il a aussi récemment noué un partenariat avec Boardgamegeek, d’où sa présence au récent Festival de Cannes où cette interview s’est déroulée. L’occasion d’en savoir un peu plus sur son profil de joueur et de le questionner sur les différences entre les festivals européens et nord-américains.

une photo de Rodney Smith
Rodney Smith, exceptionnellement sans chemise à carreaux.

La chaîne de Rodney Smith : Watch It Played (en anglais).

Le mot du jour : convention, un mot anglais que vous traduirez en français par salon ou festival, dans un contexte ludique. Ou peut-être même par convention, si vous êtes adeptes des anglicismes !

0:52:27Ludo Incognito acariatre

La mauvaise humeur, chronique de l’Acariâtre

Cette année, l’Acariâtre en a marre. Alors quand on lui offre une tribune podcastique, il libère son fiel sans attendre.

Le sujet de son emportement ce mois-ci : le soi-disant révolu Âge d’Or du jeu de société.

0:59:53Les petites boites dans les grandes Astien

Astien nous présente les extension de Clank. Au nombre de 4 actuellement vous ne savez pas vers laquelle vous diriger ? On parle de tout ça dans cette chronique.

1:09:24Autour du jeu Flavien

Flavien vous emmène dans des contrées nordiques et fait le point sur des œuvres autour des vikings et d’A la gloire d’Odin, d’Uwe Rosenberg.

Morceaux utilisés en fond : Blind Guardian – « Valhalla » ; Peter Kyed et Peter Peter – « Return » ; Knut Avenstroup Haugen – « Vales of Britannia » ; Austin Wintory – « No Tree Grows to the Sky » ; Tenhi – « Sarastuskävijä »

Jingles : The Beach Boys – « I Get Around »

1:26:22Les analyses du Pionfesseur lepionfesseur

Le Pionfesseur s’interroge sur les jeux qui ont une emprise sur la réalité.

Les jeux cités dans la chronique (pas mal sont disponibles chez Philibert et ils ont une très bonne fonction de recherche ;)) :

  • Le Haggle
  • Illegal
  • Two Rooms and a Boom
  • Cash’n’Guns Live
  • This House is Haunted
  • Le Killer
  • Sneaky Cards
  • Les Geocaches et autres jeux en réalité alternée
  • Bring Your Own Book
  • NFL Armchair Quaterback
  • Les Escape Box
  • Kart sur Glace
  • Rattlesnake
  • Ice3
  • La Nuit des Magiciens

1:36:09Kaigai Games Izobretenik

Dans cette chronique, Izobretenik parle de 2 jeux qui étaient originellement prévus pour le Game Market d’Osaka : Datto! et Hisureba Hana Nari. Signes de la montée progressive de la qualité des composants dans les jeux amateurs japonais, ces deux nouveautés ont cependant quelques petits défauts… Ressemblant étonnamment à 2 jeux très célèbres, dans les impressions de jeu, ou dans le concept de base, Izobretenik n’a pas pu s’empêcher de comparer ces deux jeux japonais à ce qui pourrait être considéré comme des influences.

La boîte du jeu
Le matériel une fois déballé !
La magnifique illustration du jeu.
La boîte et quelques cartes…

 

 

4 nombreux commentaires pour N°115 – Chroniques

  1. Bonjour et merci pour votre travail,

    Je viens de terminer mon retard sur l’écoute des chroniques ce matin (vive la reprise du travail) et je voulais laisser un petit commentaire concernant la rubrique autour du jeu pour ajouter Amon Amarth dans les groupes de « Viking metal ». C’est un groupe qui, il me semble, défini bien le style. Et niveau bd, j’aurai aussi ajouté Asgard paru chez Dargaud il y a quelques années, et le comic Thor chez Marvel.

    1. Merci de ton retour Seb ! Effectivement Amon Amarth est une figure de proue du mouvement, surtout d’un point de vue visuel je trouve d’ailleurs, leur musique se rapprochant à mon sens souvent plus du death melo. Thor effectivement chez Marvel est une référence évidente (même la reprise en films, qu’on aime ou non), après il y a tellement d’histoires différentes que difficile d’en extraire une, d’autant que je ne suis pas du tout expert ! Egalement il me semblait plus pertinent, par exemple, pour Blood Rage que pour A la gloire d’Odin qui est moins axé sur cet aspect guerrier et mythologique.

      Merci pour la reco d’Asgard, que je ne connaissais pas, c’est noté !

  2. Je voulais commenter dès l’écoute mais j’ai trouvé le temps de le faire seulement maintenant.

    La chronique d’Acariatre ma particulièrement touché, c’est un sujet qui me tiens pas mal à coeur car je fais partie des « joueurs blasés » (j’aimerais d’ailleurs en parler dans une vidéo un jour).

    Je pense effectivement qu’il y a la nostalgie de la découverte qui joue beaucoup dans l’effet « vieux con ». C’est un peu comme pour la drogue : le camé n’arrive jamais à retrouver le plaisir de sa première dose.

    Par contre ta chronique s’oriente plutôt sur l’illusion d’un âge d’or, ce qui est pour moi dépareillé de cet effet « blasé » qui arrive nécessairement quand on consomme beaucoup une chose.

    Perso je suis pas mal blasé par ce que le monde ludique est devenu, j’aime particulièrement les nouvelles expériences ludiques et le monde du jeu ne m’offre que 2000 clones de jeu de pose d’ouvrier ou de deck-building chaque année (j’exagère bien entendu, c’est une hyperbole).

    On ne peut pas comparer la découverte que les anciens joueurs ont eu avec celle que les nouveaux ont actuellement parce que les jeux continuent d’exister. Quand un nouveau joueur débarque, il a 20 à 30 ans de jeux modernes qui existent déjà, la découverte de Dominion n’a donc rien à voir avec la découverte d’un deck-building récent quelconque.

    Aussi, la surproduction de jeux implique que beaucoup moins de jeux finiront par marquer les mémoires. Et ça aussi je trouve ça triste : une passion est intéressante quand on peut la partager et avoir des références communes. Dur d’avoir des jeux « cultes » aujourd’hui alors qu’il y un appel à la nouveauté constant.

    J’ai constaté aussi le tournant marketing autour de 2010 qui m’a enfoncé dans ma « blasitude ». Le phénomène le plus marquant et qui me débecte toujours c’est la foire aux extensions. Avant elles étaient rares, maintenant elles sont systématiques.

    J’aimerais beaucoup trouver, comme tu le dis, l’équivalent du monde de « l’indépendant » qu’on trouve dans le milieu du JV, de la musique ou du cinéma. Malheureusement j’ai le sentiment que la majorité des éditeurs « indés » dans le milieu du jeu de société ne se contentent que d’imiter les plus grands et j’ai rarement vu de bonnes choses (du moins en très petite proportion comparé aux autres arts).

    1. P’tain, tellement de trucs intéressants dans ce commentaire, qui risque par ailleurs de disparaître (une nouveauté chasse l’autre et les vieux commentaires sont condamnés à l’ignorance et au mépris).

      La blasitude est une putain de lèpre. Elle a déjà tué pas mal de fans de Bd, de fans de cinéma… J’ai l’impression (sans aucune preuve apportée par une démarche scientifique digne de ce nom) que cet effet de blasitude frappe préférentiellement les fans déjà affligés de boulimie ludique (le syndrome de « je dois tout découvrir »).

      Le symptôme des extensions sur-représentées dans les sorties ludiques est probablement un marqueur particulier – le pendant des spin-offs et autres séries à rallonge (ou artificiellement rallongées) dans le domaine de la Bd. Il y aurait probablement un sujet complet à creuser sur l’intention des extensions (lucratif, correctionnel, promotionnel, etc.).

      Pour ce qui est de l’indépendance, ce qu’on observe, c’est qu’il se passe généralement un temps assez long entre le moment où le marché est sur-saturé de produits standardisés, marketés pour plaire et être oublié 3 mois plus tard et l’émergence d’acteurs indépendants qui vont volontairement dans cette direction et qui peuvent y survivre. Ca a été le cas de la Bd, c’est le cas du JdR, ça a probablement été plus rapide dans le JV grâce à des circuits de distribution plus permissifs et un marché d’une taille colossale.

      Là, on en est encore à la période où des productions indés sont pillées sans vergogne sans que la majorité des acteurs ne s’en émeuve (et c’est Oink Games qui est le dindon de la farce).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *