Déjà 24 commentaires : Rejoignez la discussion

N°100 – Proxi-Jeux

Hundert ! Hundred ! Cien ! 百 ! Hundrað ! Cento ! ร้อย ! сто ! مئة ! 백 ! Cent ! Le fermium, les jours de Napoléon, la température d’ébullition de l’eau (dans certaines conditions), une ligne de chemins de fer slovaque, les années de la guerre de Jeanne (au secours !), les secours en Belgique, le nombre de blagues traversant l’esprit de DDSchutz par minute. Cent, c’est le nombre d’épisodes atteints par la Proxi-Team et Proxi-Jeux, présente et passée, après des années de bons et loyaux services. En réalité, c’est plus de 400 fichiers audio que nous avons offert à vos cages à miel, vos esgourdes, vos portugaises. Des interviews aussi diverses que variées – éditeurs, auteurs, illustrateurs, associations, sur événement ou dans nos multiples studios -, des chroniques pour tous les goûts – certaines qui restent, d’autres qui meurent, et de nouvelles qui naissent -, des formats spéciaux pour s’attarder sur un sujet ou un jeu en particulier, des dossiers aussi exotiques qu’inoubliables… La Proxi-Team que vous écoutez aujourd’hui, on la doit à deux hommes, une rencontre, et l’envie de partager une passion. Le 19 mars 2011, Olivier et Jérémie postent ici même le premier épisode, un peu moins de quarante minutes d’actus sur le jeu de société. Les années passant, de jeunes recrues, vaillantes et pleines de beaux idéaux sur la liberté d’expression prennent le micro et rejoignent le duo inébranlable. Mais voilà qu’en 2015, Jérémie puis Olivier décident de se retirer de l’aventure en laissant les potes-casteurs les ayant rejoints au fur et à mesure prendre le relais. Nous sommes en 2018, et cette équipe, mouvante, est encore là pour porter la flamme ludique.

Pour cet épisode cent, nous avons jugé qu’un petit retour en arrière s’imposait. Et quoi de mieux pour ça que de recevoir des vétérans, ancêtres, des fossiles ? Prenant leurs pelles les plus affûtées, quelques membres se sont improvisés profanateurs de tombes et sont allés déterrer les deux fondateurs lyonnais (capitale ludique, rappelez-vous !) pour qu’ils nous racontent cette belle histoire, et qu’ils nous posent quelques questions sur comment se porte le bébé qu’ils ont laissé il y a maintenant trois ans. Le résultat ? Six heures de bonne humeur, de débats, de digressions, de regard porté vers soi-même et d’anecdotes. Un grand merci aux deux vieux de nous avoir rejoints pour l’occasion, et un grand merci à vous, auditrices et auditeurs, joueuses et joueurs, de nous permettre de continuer cette belle aventure (et à Perekastor pour le montage !).

PS : pensez à donner sur Tipeee (https://www.tipeee.com/proxi-jeux) ou PayPal (https://www.paypal.me/proxijeux) :p

5:53:25 - Télécharger le fichier mp3 (323.6 Mo)

Vous pouvez « streamer » notre podcast ou vous abonner à notre flux iTunes. Si vous nous appréciez, notez notre Podcast dans iTunes et laissez-y un commentaire ! Sur Android, nous vous recommandons d’utiliser l’application (gratuite) Podcast Addict.

INTROSPECTION

Pour faire un bon podcast, il vous faut :

Caisses de bières
De la bière locale 🙂
Cyrus et ddschutz tentent de mettre en place la Webcam
Un set-up de l’extrême
Une partie de la team en pleine préparation
Une équipe de choc
La table d'enregistrement
Des réserves

 

 

0:24:20 Les débuts de Proxi-Jeux

 

0:46:53 SAV du Jeux de Société

 

Premier interlude de cet épisode-fleuve, Dany vous a concocté un petit SAV des Jeux de Société, sur le modèle de celui d’Omar et Fred.

 

0:51:20 Evolution des formats

 

1:22:27 Les chroniques

 

1:34:31 Les bons souvenirs

 

1:47:12 Le financement

 

1:57:05 Le blind-test de Flavien

 

D’humeur musicale, Flavien nous a proposé un petit blind test autour du thème des jeux. La tracklist était la suivante :

01. Bob Dylan – Only a Pawn in Their Game
02. Lady Gaga – Poker Face
03. Bruce Sprinsteen – Roll of the Dice
04. David Bowie – It’s No Game
05. Pink FLoyd – See Emily Play
06. Motorhead – Ace of Spades
07. Queen – Play the Game
08. ABBA – The Name of the Game
09. The Cure – Play for Today
10. The Roots – Game Theory
11. Rammstein – Spiel mit mir

2:16:31 3 ans plus tard

 

2:30:18 KeyForge c'est pas une hype

 

2:55:24 La hype des jeux narratifs

 

3:03:46 L'écosystème

 

3:16:19 Les jeux qui émeuvent les anciens

 

3:30:20 Les TOP 5 de Cyrus et du Pionfesseur

 

  • Top 5 des jeux les plus moches

 

5) Magna Grecia

Et son fameux plateau-vomi

 

4) St Peterbourg

 

3) Alles Im Eimer

 

2) Inhabit the Earth

 

1) Cannes

 

  • Top 5 des jeux aux pires titres

5) Royal Genealogical Pastime of The Sovereigns of England from the Dissolution of the Saxon Heptarchy to the Reign of His Present Majesty George the Third

 

4) R

 

3) The Game

 

2) Génial

 

1) Youpi ça Glisse

 

  • Top 5 des jeux aux thèmes les plus chelous

5) Wombat Rescue

 

4) The Mushroom Eaters

 

3) Unexploded Cow

 

2) Consentacle

 

1) König der Maulwürfel

 

  • Top 5 des « repompes »

5) Jungle Jam

 

4) Nimble

 

3) HeroCults

 

2) La moitié de la ludographie de Reiner Knizia

 

1) Les Loups Garous de Thiercelieux

 

4:10:02 L'échange des rôles 4:48:19 Le financement de Proxi-Jeux 5:11:59 Les 5 dernières questions d'Olivier

Il est tard, il est temps de se quitter, mais on revient très vite dans vos oreilles 😉

Photo de l'équipe à la nuit tombée
L’équipe de nuit… Ah non, c’est les mêmes…

Jouez bien !

24 nombreux commentaires pour N°100 – Proxi-Jeux

    1. Alors, déjà, la qualité de son est très bonne. Vu les conditions de prise, en extérieur et avec le bazar ambiant, c’est une prouesse. Le son du podcast est d’ailleurs bien meilleur que celui de touichte. Bravo à perekastor !

      1. En même temps, il a fallu 1heure pour tout installer. J’avoue que c’était assez impressionnant toute cette installation.
        Merci à Perekastor pour sa patience ! (surtout que pendant ce temps, on ne manquait pas de vanner 🙂 )

        1. Merci ! J’avoue avoir passé une bonne partie de l’enregistrement avec une pointe de stress sur la qualité audio de la prise. J’avais les yeux braqués sur les courbes audacity et les mains prêtes à bidouiller les potentiomètres. Avec tout ça j’ai oublié de vous remercier en présentiel, toi et Olivier, de m’avoir fait découvrir le monde des jeux de société et surtout l’envie et l’impulsion de faire du podcast.

  1. Je n’ai pas encore fini l’épisode, mais je remarque que vous n’avez pas parlé du site Megalith.co qui propose de répertorier les parties de jeux avec recherche de joueurs. A tester 😉 (J’y suis inscrit mais je ne l’ai pas encore vraiment utilisé.)

  2. Je n’ai pas encore fini l’ecoute, mais je viens poster, sinon apres j’oublie.
    Il est vrai qu’ecoutant les episodes soit en roulant, soit en crusinant, on oublie tres facilement de venir poster par la suite l’idee qu’on a eu lors de l’ecoute.

    SAV des Jeux de SociétéSAV des Jeux de SociétéSAV des Jeux de SociétéSAV des Jeux de SociétéSAV des Jeux de SociétéSAV des Jeux de SociétéSAV des Jeux de SociétéSAV des Jeux de SociétéSAV des Jeux de Société
    Trop trop trop bonne idee…j adore!! il faudrait l’integrer tous les mois aux chroniques, en alternant references de vieux geeks et blagounettes sur l’actualites!

  3. Merci la proxiteam pour cet épisode, je vous écoute toujours en conduisant d’habitude, là je prends le temps de vous laisser un commentaire parce que je trouve vos émissions un poil courtes 😉

  4. Super Podcast.

    Cela m’a fait plaisir de réécouter Jérémie et Olivier. J’ai toujours adoré leur franchise et leur humour. J’écoute depuis la saison 2-3 .

    Comme je les comprend. Je suis totalement en accord sur ce que dit Olivier lorsqu’il cause de la production actuelle des boardgames.
    On vous sent moins à l’aise de gérer ce genre de discussion, c’est à se pisser dessus, tellement j’ai ri dans la bagnole >< (bon, c'est un peu grossier par moment…mais j'adore).

    Je trouve que le ton clairvoyant et sarcastique fait mouche ici.

    Il me reste 1h45 à écouter et c'est un des podcasts qui m'a fait le plus plaisir. Enfin entendre de vrais avis. Les anciens qui viennent expliquer leurs mésaventures etc

    Vraiment super top: la qualité du son, les vannes, les interventions, les débats.

    Chapeau bas les gars 😉

    PS: Aucun de vous ne vient à la Crisis, dommage je vous payerais bien un pot 😉

    1. Salut Rech !
      Merci de ton commentaire. Moins à l’aise de quoi ? Je ne comprends pas.
      Ils ont beaucoup monopoliser la parole, pas simple de s’expliquer face à Olivie en particulier. Et à la réécoute, je peux te dire qu’il y a un Max de troll, parce qu’ils disent tout et son contraire
      C’est quoi la Crisis ? Tu as un lien à nous envoyer ?
      Cyrus

  5. Ayé, j’ai fini !
    Et bien, quelle aventure, ce numéro 100. Une sacrée expérience ! Petit clin d’œil à Polgara qui a malheureusement raté cet événement unique.
    Quelques retours en vrac :
    Quand un éditeur fait un tip, ça permet d’acheter du matériel, payer le site, défrayer, etc. C’est un gage d’indépendance un peu meilleur que recevoir des jeux. Ce qui est aussi important c’est qu’un éditeur ne représente pas une part importante du financement, sinon, il pourrait y avoir une dépendance (ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, je pense que le tip des Ludonautes est une contribution parmi celles des poditeurs).
    Keyforge : la grosse hype, c’est une seule devise « Magic pour les quarantenaires ». On verra dans un mois si ça fait le job (faire des parties entre midi, au boulot plutôt qu’au lycée, sans devoir faire du building et aller en ville pour acheter des double-terrains).
    Les top 5 sont géniaux. Big up à Cyrus et au Pionfesseur pour leur analyse en détails et l’identification de ces gemmes.
    Cool de retrouver Olivier et Jérémie. Petit plaisir nostalgique de me rappeler les mardi (?) soirs à écouter le podcast en live, avec le chat, les pauses bière (où l’équipe oubliait de couper les micros, avec deux trois daubages en live).
    Big up à Benofx, que sa culture musicale soit louée pour des éons !
    Big up à DDschutz et Acariâtre, la blagounette, c’est la vie !
    (par rapport au professionnalisme attendu pour faire un podcast) Je pense que les poditrices et les poditeurs ne s’attendent pas à ce qu’un podcasteur ou une podcastrice (même toute une équipe) joue à tous les jeux qui sortent. En revanche, je pense que nous nous attendons à ce que les 2 ou 3 jeux qui font marque par an devraient être connus (7th Continent, Terraforming Mars). Ne serait-ce que parce qu’ils vont influencer la production dans les 3-6 ans qui suivent.
    Bon, et plein d’autres trucs, mais là, au bout de six heures, j’ai oublié. Et j’irai bien me faire un petit Terraforming Mars en plateau numérique 🙂
    Longue vie à Proxi-Jeux !

  6. Bien que joueur depuis plus de vingt ans, j’ai découvert Proxi-Jeux au hasard d’un vieil article de gus & co sur les podcasts ludiques il y a près de trois ans (quelques mois tout juste avant que Jérémie et Olivier ne passent passent le relais à votre équipe).

    Tout en continuant d’écouter les nouveaux épisodes produits par la nouvelle team, je suis remonté mois après mois jusqu’au tout premier épisode et suis devenu fan inconditionnel de Proxi-Jeux.

    Quel plaisir de ré-entendre les voix de Jérémie et Olivier après tout ce temps. J’espère qu’un jour ils retrouveront la motivation pour ne faire ne serait-ce qu’une chronique de temps en temps ou même ponctuellement partager un retour d’Essen, un coup de cœur sur un jeu (Keyforge peut-être :-))…. Comme le montre bien cet épisode, de part leur vécu / expérience, je suis convaincu qu’ils apporteraient au podcast un regard différent sur le monde ludique actuel.

    Bravo pour l’idée de cette 100ème et merci à la nouvelle team d’avoir pris le relais !

    Il ne me reste plus qu’à écouter la 2nd moitié de ce 100ème hors norme …

  7. Ah ben non, on ne touche pas au jingle. Pour moi, il participe beaucoup plus à l’identité du podcast que le logo. (Logique non, pour un média audio ?)

    J’écoute le podcast depuis les débuts, et le jingle est une véritable Madeleine de Proust. L’entendre c’est à chaque fois déjà une promesse de bonheur podcastique !

  8. Ligne éditoriale ?

    Question à Olivier (pour quand il reviendra dans six mois…) : lorsque la boutique Philibert est devenue partenaire de Proxi-jeux, pourquoi a-t-il accepté ce financement (qu’il me semble être allé chercher avec Jérémie, c’est un peu loin…) pouvant mettre en cause l’indépendance de son média ?
    Car, à soupçonner un éditeur de le faire en participant au financement de l’association, il en va de même pour une boutique : « Chroniquez des jeux que l’on propose à la vente et pas des jeux que l’on n’a pas, sinon… plus de sous car ce n’est pas intéressant pour nous ».
    Et quand l’équipe va sur le salon des Bretzels et des jeux, soutenu voir porté par la même boutique, ne doit-on pas aussi y voir une connivence néfaste et préjudiciable à l’indépendance dont Olivier se fait le pourfendeur ? Surtout quand on voit le nombre de sujets réalisés à cette occasion…
    Et les entrées « médias » à Cannes ou ailleurs, qui permettent d’approcher le microcosme ludique dans des instants privilégiés, ne sont-ils pas aussi une perte d’indépendance à honnir ?
    Alors quoi, Olivier, toi qui en as profité, comment peux-tu encore garder ce ton moralisateur et bien pensant ?

    La liberté de ton, c’est dans la tête et dans la ligne éditoriale choisit.
    Que tous les éditeurs de France se mettent à donner à Proxi-jeux toutes leurs nouvelles créations n’est dérangeant en rien… à condition que l’équipe annonce clairement (et le mette en oeuvre) qu’elle n’est tenue à rien : ni d’y jouer, ni de les tester, ni d’en parler, en bien ou en mal, ni de les rendre. À la limite de les donner (en fin de saison par exemple) à une ludothèque pour bien montrer que les jeux ne sont qu’un moyen pour les membres de l’association de réaliser leurs chroniques (dont certaines fameuses !) et non pour eux d’agrandir leur ludothèque et de ce fait d’être asservis à leurs donateurs.
    L’indépendance, c’est de pouvoir continuer à faire ce que l’on souhaite même si les aides sollicitées (et pas forcément obtenues) cessent. Si Proxi-jeux ne peux pas enregistrer ses émissions sans l’aide du sponsor officiel, c’est qu’elle n’est pas indépendante.
    Si après demain les éditeurs arrêtent d’offrir leurs jeux, alors que demain ils se mettent à le faire, l’équipe pourra tout à fait revenir au fonctionnement d’aujourd’hui, en toute indépendance, car elle a largement démontrée qu’elle n’a pas besoin de ces dons pour que ses membres s’investissent dans leurs rubriques, l’axe de traitement, et le point de vue donner.

    Le bénévolat coûte cher, essentiellement en temps, et il n’est pris en charge par personne. Donc, si pour les besoins matériels, les tipeurs*ses peuvent aider, pour l’apport en matière première (les jeux), les éditeurs pourraient en faire autant. Quand un*e tipeur*e donne, il ne sait pas si son argent ira dans une bière (inutile à mes yeux) ou dans un micro (indispensable). Quand un éditeur donne, il ne sait pas s’il aura un bon retour, un mauvais, ou pas de retour. Les tipeurs*ses sont content*es comme cela. Et s’ils ne le sont pas, au point où cela devient insupportable, ils arrêtent de donner.
    Il pourrait en être pareil pour les éditeurs.

    Et en poussant le raisonnement jusqu’à l’absurde, pour se préserver des préférences ludiques des membres de Proxi-jeux qui trouble leur indépendance de vue et de critique à l’égard de la totalité de la production annuelle mondiale (évoquée de temps à autre), il vaut mieux qu’ils reçoivent des jeux de tous les éditeurs qui le souhaitent pour garantir leur indépendance quand à une vision trop restrictive de cet univers qu’ils pourraient avoir et garantir une pluralité d’apport et d’approvisionnement en jeux.

    La liberté de ton et d’indépendance, c’est un combat qui se mène et qui se traduit par sa manière d’agir en accord avec les objectifs que l’on se fixe, que l’on proclame et que l’on défend coûte que coûte au prix de l’énergie que l’on y met. Et sur ce point, indéniablement, l’équipe a du répondant.
    Un critique gastronomique ou un sommelier, peut-il faire son travail sans goûter ? Seule sa réputation lui permet de garantir qu’il reste impartial vis à vis de mets offerts ou qu’il règle de sa poche (ou plutôt son employeur, ce qui n’est que rarement le cas dans le cadre associatif).

    Bon, j’ai du en perdre plus d’un à la lecture, un peu comme à l’écoute de ce passage, un peu long, stérile, et redondant, qu’Olivier, tout content d’appuyer (de nouveau) sur ce point, a pris plaisir à relancer.

    Quoi qu’il en soit, comme je ne viens pas souvent donner un avis (même si je n’ai pas raté beaucoup d’épisode), j’en profite pour soutenir et louer les grands anciens, les anciens et les petits nouveaux pour tout le travail accompli… et je souhaite qu’ils puissent, en toute indépendance…, continuer longtemps de nous aider à « Jouez bien » !

  9. J’avais un doute. J’ai vérifié.

    Dans l’épisode 56 face B (dit « épisode rose »), Olivier avoue avoir succomber à la hype. Ce qui en soi n’est pas très grave. Ce qui est grave, c’est qu’il succombe à la hype pour Barbarossa. Et pas pour sa profondeur mécanique ou l’originalité du sujet, non, non, pour les petites culottes et les uniformes de la Wehrmacht.

    Alors, bon, succomber à la hype parce qu’il y a une originalité dans Keyforge et une simplification des mécanismes de Magic, c’est une chose. Le tenga nazi en est une autre ! 😀

    Dans 6 mois, Cyrus, n’hésite pas à ressortir le dossier 🙂

  10. OK. Je ne laisse jamais de message même si j’écoute Proxi-jeux depuis le début (et c’est d’ailleurs mon premier podcast, celui qui m’a ouvert la porte à ce média que je bouffe non-stop, jeux de société et autre)…
    Un seul mot : CONTINUEZ !
    (et accessoirement bravo)

    Yomgui (et c’est pas pour me la péter mais je crois bien être à l’origine de la fausse polémique autour du « style BD » 😉

  11. Enorme épisode, ou mes collègues de bureau m’ont vu pleurer de rire lors du passage du « service après vente des jeux de société » !!

  12. Bon, à force de vous entendre dire qu’il faut laisser des messages, je m’y colle pour la première fois.
    Est-ce que l’émission où Olivier et Jérémie reviennent pour parler de Key Forge est enregistré ? 8-D
    PS : Le jingle, moi je l’aime bien ! Ne le changez pas.

    1. Salut Cat !
      Eh bien aux dernières nouvelles Olivier est en cours de préparation de sa chronique, nous comptons bien le relancer si on ne voit rien arriver
      Et merci de ton écoute !

      Cyrus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *