Déjà 10 commentaires : Rejoignez la discussion

[Jeux du mois] Ganymede & Affinity

On retrouve Benofx et Cyrus pour une nouvelle chronique « Jeux du mois ». Les deux jeux à l’honneur ce mois-ci sont Ganymede et Affinity

Pour nous soutenir, nous remercier ou encore nous encourager, vous pouvez le faire via Tipeee (https://www.tipeee.com/proxi-jeux) ou PayPal (https://www.paypal.me/proxijeux)

1:14:36 - Télécharger le fichier mp3 (68.3 Mo)

Vous pouvez « streamer » notre podcast ou vous abonner à notre flux iTunes. Si vous nous appréciez, notez notre Podcast dans iTunes et laissez-y un commentaire ! Sur Android, nous vous recommandons d’utiliser l’application (gratuite) Podcast Addict.

Ganymede

0:04:25 Accéder directement à la chronique

Ganymède (du nom de l’un des satellites de Jupiter) est un jeu de stratégie mêlant construction de tableau et optimisation de Hope S. Hwang, édité par Sorry We Are French (SWAF pour les intimes). Il est conseillé à partir de 14 ans (bien qu’à notre avis, accessible à de plus jeunes joueurs), pour 2 à 4 joueurs et d’une durée de 20 à 40 minutes. Dans Ganymède, vous êtes à la tête d’une corporation devant envoyer des colons aux confins de la Galaxie. Pour cela, vous devrez recruter des spécialistes sur Terre puis les envoyer sur la base de lancement de la lune éponyme, le tout en transitant par Mars. Chaque joueur dispose d’un plateau personnel sur lequel sont organisés ses recrutements, ses déplacement et ses vaisseaux (qui doivent être remplis pour gagner des points de victoires). Pour effectuer ces tâches, le joueurs disposent également d’une zone centrale commune où sont disposés les colons à recruter , les tickets de recrutement, les cartes navettes (permettant les déplacements Terre –> Mars et Mars –> Ganymède) ainsi que les cartes vaisseaux. A chaque tour, ils peuvent effectuer une action parmi 3 possibles.

Ganymède boxe très clairement dans la même catégorie que Splendor ou que la saga Century, des jeux relativement courts, avec des règles rapidement assimilables et une action par tour (parmi un choix très limité d’actions), mais avec une profondeur stratégique réelle. Dans ce combat de titans, Ganymède tire néanmoins son épingle du jeu : de par différents éléments, il propose une profondeur stratégique supplémentaire. En effet la prise de tuiles « tickets » et de cartes « navettes » peuvent déclencher des « combos » si l’on réalise des collections d’un même type. De plus, les cartes navettes ne sont accessibles que lorsque l’on remplit des conditions précises (bonnes couleurs de meeples sur la bonne zone du plateau). Pour mettre fin à la partie, il faudra remplir successivement 4 vaisseaux et le nombre de places sur les planètes et les vaisseaux étant limités, il faudra recommencer un cycle de recrutement/déplacement avec de nouveaux tickets/cartes/combos. Les différents scoring et bonus des vaisseaux se prêtent également à diverses stratégies : envoyer très rapidement 4 vaisseaux valant peu de points pour mettre fin à la partie et surprendre ses adversaires ou miser sur des moteurs plus généreux en point, mais plus longs à mettre en place.

Ces subtilités rendent le jeu moins épuré et moins familial qu’un Splendor, mais il reste une très bonne alternative, voir un très bon complément pour les amateurs du genre.

La thématique est également plus présente et mieux retranscrite dans Ganymède, le plateau individuel et les déplacements successifs aidant bien à se figurer l’organisation d’une telle conquête spatiale. Le tout très joliment illustré dans un style Low Poly agréable et orignal. Bref, si vous ne l’aviez pas compris : on a aimé ! 🙂

Le jeu est disponible chez Philibert.

 

Affinity !

0:43:50 Accéder directement à la chronique
Le matériel du jeu
C’est fun cette boîte qui se déplie ! Et qu’est-ce que c’est beau !

Affinity est le second jeu édité par Game Flow. C’est un jeu de Roméo Hennion, Dany Bernard, Clément Leclercq et Jean-Philippe Sahut qui se joue de 3 à 8 joueurs et dont la durée de partie est inférieure à 30 min. Affinity reprend le principe des jeux de construction de phrases qu’on retrouve dans Card Against Humanity ou encore ses copies : Blanc Manger Coco et Limite Limite. La différence avec Affinity c’est que vous allez jouer avec les émotions. Il s’agira en effet de faire deviner une émotion qui vous aura été distribuée aléatoirement parmi les 4 du jeu : Beau, Fun, Glauque et Triste au moyen d’une phrase constituée de 3 parties.

Phrase construite : Une loutre - fait du skateboard - en titubant dans la ruelle
Ceci est un message à caractère personnel

Le jeu se trouve donc à mi-chemin entre un Card Against Humanity et Feelings. Plus ludique que Feelings, moins trash que Card Against Humanity, il fonctione très bien entre amis et s’adapte au public familial au moyen de sa variante suggérant de supprimer l’émotion Glauque. Le jeu a aussi le mérite de provoquer des émotions différentes de celles qu’on peut ressentir habituellement à une table de jeu, surtout pour un jeu de ce calibre.

Phrase construite : Une jeune mariée - brave l'interdit - dans les toilettes de son hôtel
Ah oui, c’est un peu glauque, mais c’est triste de devoir en arriver là pour vous faire rire…

 

 

10 nombreux commentaires pour [Jeux du mois] Ganymede & Affinity

  1. Hello, merci pour la chronique de Ganymede 🙂

    Quelques infos sur vos questionnements :

    La prod était de 5000, il y a rupture distributeur (mais possible qu’il y en ait en magasin). Le 2ème tirage arrive vers mi-novembre.

    Et pour l’extension, on en parlera plus en détail quand les premières illustrations arriveront. C’est bien prévu pour PEL 2019 !

    Matthieu

  2. Non, je ne réussis pas l’exploit de laisser un commentaire à chaque fois… Quoique… 🙂

    Merci pour la présentation en profondeur de Ganymède. Il y a eu beaucoup de buzz, c’est par conséquent aussi une bonne manière d’en entendre parler. C’est amusant, cette proximité avec Mission Planète Rouge de Bruno Faidutti, mais avec un traitement – apparemment – très complémentaire.

    1. Sympa aussi la présentation d’Affinity. Je rajoute une anecdote de vieux, mais je ne sais pas si on se rend bien compte qu’il y a 15 ans, le seul jeu d’affinités émotionnelles, c’était Unanimo. On en a fait du chemin depuis…

    2. Ah oui, j’oubliais. Pour affinity, j’ai l’impression que le passif de l’auteur en tant que pédopsy affleure dans ce jeu. On se rend quand même bien compte que la même phrase pourrait être interprétée comme Fun ou Glauque selon l’interprétation qu’on en a… Ca fait quand même bien froid dans le dos.

        1. Je confirme qu’il y a une petite confusion. Je n’ai peut-être pas été très clair dans l’explication, j’ai switché plusieurs fois entre Affinity et Feelings 😉

  3. Je plussoies sur la référence à SteamRollers. Présence du thème, richesse des mécaniques, accessibilité. Un des meilleurs R&R qu’il m’ait été donné de tester.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *