Déjà 18 commentaires : Rejoignez la discussion

[Sortons le grand jeu] Love Letter – Seiji Kanai

En 2012, Love Letter fait sa première apparition auprès du public lors du Tokyo Game Market, un jeu de Seiji Kanai, auteur déjà dans la ligne de mire de quelques aficionados occidentaux.

Dépaysement garanti avec ce nouvel épisode de Sortons le Grand jeu, dans lequel Cyrus et Le Pionfesseur vous emmènent au pays du soleil levant pour retracer la success story de Love Letter, le jeu emblématique de Seiji Kanai.

Pour nous soutenir, nous remercier ou encore nous encourager, vous pouvez le faire via virement bancaire ou PayPal (https://www.paypal.me/proxijeux).

2:53:53 - Télécharger le fichier mp3

Vous pouvez « streamer » notre podcast ou vous abonner à notre flux Apple Podcast. Si vous nous appréciez, notez notre Podcast dans Apple Podcast et laissez-y un commentaire ! Sur Android, nous vous recommandons d’utiliser l’application (gratuite) Podcast Addict.

Introduction

 

Commentaires précédents

Les commentaires de l’émission précédente qui parlait de Concordia et son auteur Mac Gerdts, vous pouvez les retrouver ici. Mais pas de panique, on revient sur certains d’entre eux dans cette émission.

Love Letter, c’est quoi ?

Love Letter est un jeu de Seiji Kanai paru en 2012 chez Kanai Factory et illustré à l’origine par Noboru Sugiura (la version la plus connue est illustrée par Andrew Hepworth et Jeff Himmelman). Le jeu se joue de 2 à 4 joueurs et joueuses à partir de 10 ans. Les parties durent environ 20 minutes.

Le jeu est actuellement trouvable à la Caverne du Gobelin.

Dans Love Letter, on cherche à transmettre notre lettre d’amour à la Princesse. Le jeu est composé de 16 cartes qui sont de 8 types différents chaque type de carte ayant un effet propre. Chaque joueur et joueuse possède en permanence une seule et unique carte en main.

A son tour de jeu, on pioche une carte, on en joue une et on applique son effet. La partie s’arrête lorsqu’il n’y a plus de carte dans la pioche, les joueurs et joueuses comparent alors la valeur de la carte qu’ils ont en main, celui ou celle qui possède la carte de plus haute valeur remporte la manche. Il est également possible de remporter la manche si on est le dernier ou la dernière en jeu. Car vous l’aurez compris, il est possible de se faire éliminer pour la manche.

Le vainqueur de la partie sera la personne qui aura remporté un certain nombre de manches en fonction du nombre de joueurs et joueuses.

Pourquoi Love Letter est un grand jeu ?

Les prix :

  • 2012 Vainqueur du Japan Boardgame Prize
  • 2012 Sélectionné au Jocul Anului în România Beginners (Roumanie)
  • 2012 Sélectionné au Meeples’ Choice
  • 2013 Sélectionné au Diana Jones Award for Excellence in Gaming
  • 2013 et 2014 Sélectionné au Fairplay À la carte (Magazine allemand)
  • ** 2013 Quadruplé ! Golden Geek Awards
    • Card Game
    • Family Board Game
    • Party Board Game
    • Most Innovative Board Game
  • 2013 Sélectionné au Gouden Ludo (Néerlandais)
  • 2013 Sélectionné au Hra roku (République tchèque)
  • 2013 Sélectionné au Origins Awards Best Family, Party or Children’s Game
  • 2014 Sélectionné à l’As d’or
  • 2014 Sélectionné au Gra Roku Game of the Year (Pologne)
  • 2014 Vainqueur du Guldbrikken Best Family Game (Danemark)
  • 2014 Sélectionné au Juego del Año Recommended (Espagne)
  • 2014 Sélectionné Lys Grand Public (Québec)
  • 2014 Vainqueur au Origins Awards Best Traditional Card Game (Etats-Unis)
  • 2014 Recommandé au Spiel des Jahres Recommended (Allemagne)
  • 2014 4ème au Deutscher Spiele Preis
  • 2014 Sélectionné au Vuoden Peli Adult Game of the Year (Findande)

Les classements :

  • BoardGameGeek (BGG)
      • actuellement 336ème – 85 en catégorie “Family” et 19 en catégorie “Party »
      • 2013 : 296
      • 2014 : 86ème – 8ème en catégorie “Family”
      • 2015 : 106ème
      • 2016 : 143ème
      • 2018 : 215ème
    • 2020 : 264ème
    • 2022 : 297ème

Les éditions :

Ré-implémentations :

Modification de l’univers mais jeu identique ou presque :

Spin-Of :

Des versions avec des modifications un peu plus majeures.

Quelques version avec encore plus de changement dans le jeu :

  • Archer: Once You Go Blackmail… (2016) (Archer une série animée américaine créée par Adam Reed)
  • Osomatsusan (2016) (animé japonais créé par le studio Pierrot)

Les VRAIS spin-of :

On garde l’esprit du jeu (le système « j’ai une carte, j’en pioche une et j’en joue une », généralement), mais on change radicalement le jeu :

  • Love Letter to Lady Luck (2013) : Système d’enchère sur les cartes avec des effets qui jouent sur son jeu ou celui de l’adversaire.
  • Secret Moon (2014) : Jeu à rôle caché ; une équipe “princesse”, une équipe “ministre”
  • Infinity Gauntlet (2020 – co-autorat avec Alexandar Ortloff-Tang) univers Marvel : One versus all, Thanos contre les Avengers chaque camp a son deck Thanos tente de rassembler les 6 pierres d’infinités et les autres joueurs doivent le contrer.
  • Star Wars: Jabba’s Palace (2022 avec  Justin Kemppainen et Todd Michlitsch [ils ont travaillé sur Assaut sur l’Empire par exemple]) univers Star Wars : Effets différents et ajout de conditions de victoire
  • Isekai (2022 avec Hiroyuki Okinoi) : Les 16 cartes sont toutes uniques. On a un jeton pour se protéger d’une élimination et découvrir l’identité de quelqu’un donne 1 point
  • Power Hungry Pets (2024) : Dans l’univers d’exploding kittens, donc avec des chatons qui explosent sûrement, et ça change tout, sûrement…

Les extensions :

  • Big Love Letter (2014) : pour jouer jusqu’à 8 (existe pour la version « standard » de Love Letter, ainsi que pour la version « Munchkin »)

Autres faits :

  • Traduit en 25 langues selon BGG, 28 selon Arclights, l’actuel éditeur japonais.
  • Divers portages
  • Une utilisatrice de BGG, Anika Henke, a référencé 16 variantes de Love Letter depuis début 2013 et comptabilisée 173 cartes.

L’analyse

Les illustrations originales de Noboru Sugiura

  • Jeux de constitution de main / de pioche-défausse
  • Card driven
  • Carte à effet
    • en mode “Take That”
  • Guessing / Déduction
  • Élimination
  • Minimalisme à la japonaise

Non, Love Letter n’est pas un jeu de facteur !

  • Bang! (2002 – Emiliano Sciarra)
  • Fairy Tale (2004 – Satoshi Nakamura)
  • Shadow Hunter (2005 – Yasutaka Ikeda)
  • Robotory (2006 – Susumu Kawasaki)
  • String Railway (2009 – Hisashi Hayashi)
  • Greedy Kingdoms (2009 – Hayato Kisaragi)
  • Hattari (2010 – Jun Sasaki)
    • 2011 en VF avec ce nom-là, sinon c’est Yabunonaka ou In a Grove en anglais
    • On peut préciser que Jun Sasaki a fondé Oink Games et y faire plusieurs jeux comme Deep Sea Adventures
      • Qui sera vraiment emblématique de ce style minimaliste japonais
    • Il avait aussi signé Kobayakawa en 2013
  • Coup (2012 – Rikki Tahta)

Les descendants directs :

  • Mon Voisin le Monstre (2015 – Pesu Nabeno)
    • on cherche à débusquer le monstre, mais il peut changer de main
    • qui va ressortir : Shadow House: Masquerade (2023 – Pesu Nabeno)
  • Double Nine (2017 – Hiro (H1R0))
    • On essaie d’avoir devant nous 2 cartes qui formeront un nombre à 2 chiffres, l’objectif étant d’avoir le plus grand nombre à la fin de la partie
  • Tricks and the Phantom (2017 – Takashi Saito)
  • Oriflamme (2019 –  Adrien Hesling et Axel Hesling)
  • Ephios (2022 – Wadri)
  • Tomorrow (2023 – Feng Yi)

Les autres porte-étendard du minimalisme à la japonaise :

Les gammes que cela a engendré :

Ou : l’œuf, la poule et la meilleure façon de cuisiner un œuf

L’auteur – Seiji Kanai

Portrait de Seiji Kanai
Seiji Kanai

Sa biographie

  • Seiji Kanai est né à Kanagawa en 1980 ou 1981…
  • Il aurait commencé assez jeune à créer des jeux inspiré du Parcheesi (un genre de jeu des petits chevaux d’origine indienne)
  • Durant ses études, ses parties de jeu de rôle sur table lui donnent envie de créer ses propres jeux. Il publie en 2002 son premier jeu Dragon Rush!
  • En fait c’est surtout un jour de JdR et de JCC.
  • Il travaille un temps pour Kitao Madoka, joueuse professionnelle de Shogi qui a créé une version d’initiation pour enfants.
  • Il monte l’entreprise KANAI Factory qui édite ses jeux (le site indique Since 2000… mais 1er jeu selon BGG 2006).
  • Il a rejoint l’association Japon Brand (créée par Nobuaki Takerube) qui lui a permis de faire éditer plusieurs de ses jeux dans le monde entier.
  • En 2013, il abandonne ses études, vit chez ses parents et vit de petits boulots.
  • Ses jeux préférés : L’Or des Dragons et The Red Dragon Inn.

Sa ludographie

  • Cheaty Mages! (2008)
  • Chronicle (2009)
    • Jeu de plis avec des effets et des conditions de victoire changeantes
  • R (2010)
    • Qui deviendra ensuite RR
    • Qui deviendra ensuite BraveRats
  • RRR (2010)
    • Jeu tactique feeling abstrait avec des effets
    • Sans doute inspiré du Shogi
  • Lost Legacy (2013) (co-autorat avec Hayato Kisaragi)
    • Même méca mais cette fois, on est à la recherche d’une carte précise
  • Eight Epics (2015)
  • QuickShot (2022)
  • Wizard Cup (2023)
    • Auto-battler en mode cartes à effet et système de Shifumi.

Sa patte

Nous tentons de définir quelle serait la patte de Seiji Kanai.

Anecdotes

Concluons

Voilà, c’est fini ! On se retrouve à la rentrée ?

 

Nos Sources

Le jeu :

  • Internet :
  • Ouvrages :
    • Une histoire du jeu de société – 40 jeux qui ont tout changé
    • Plato n°55

L’auteur :

Et comme toujours, pas mal de nos réflexions, analyses et impressions !

18 nombreux commentaires pour [Sortons le grand jeu] Love Letter – Seiji Kanai

  1. Pour le thème, celui qui me sors le plus, c’est le roi x) Clairement si je dois donner une lettre d’amour à la princesse, le Roi c’est clairement la dernière personne que j’irais voir x) alors qu’en pratique il est à 7 (avec la comtesse à 8 et la princesse à 9).

    Et sinon ce jeu fais partie de mes filler préférés ils marchent toujours aussi bien chez toujours autant de monde !

  2. 1.J’espère maintenant que vous nous l’avez vendu
    2.Maintenant oui
    3.Je connais seulement les illustrations de Love Letter et je les trouve plutôt belles, même plus que les illustrations du billet
    4.Sea Salt and Paper

  3. Je trouve que Sea, Salt and Pepper est un descendant de Love Letter et un côté minimaliste à la japonaise.
    -C’est un pioche-défausse, juste on peut piocher dans l’une des deux défausses
    -Des cartes à effet et notamment du take that avec le couple nageur-requin
    -Du minimalisme car peu de cartes différentes et pas un si grand nombre non plus (64)
    -Du retournement de situation avec les 4 sirènes mais aussi la mécanique de dernière chance
    -Enfin le côté esthétique particulier avec ces illustrations basées sur des photos d’origami

  4. En jeux minimalistes, il y a la gamme « 1 minute to teach » chez Allplay où on retrouve pas mal d’auteurs japonais :

    Big Top de Taiki Shinzawa
    Lunar de Masato Uesugi
    Lure de Satoru Nakamura
    Mind Space de Nao Shimamura
    Sail de Akiyama Koryo et Kozu Yusei
    Switchbacks de Susumu Kawasaki

  5. Love letter est mon jeu le plus joué avec plus de 200 parties (et encore, depuis quelques années j’ai moins l’occasion d’y jouer). A un moment je pensais en avoir fait le tour, ne plus m’y amuser… et en fait non. Il est simple à expliquer et à prendre en main mais, pour un jeu avec seulement 16 cartes, quelle profondeur ! Certes, elle vient principalement du meta-game qui se forme au fil des parties, mais c’est justement pour ça qu’il marche aussi bien.

    Quelques réflexions sans structure particulière :

    – je trouve que c’est vraiment le parfait ratio tactique/chance/temps de partie. On est jamais sûr à 100% de faire le bon choix, on se fait éliminer sans problème et on a l’impression de gagner parce qu’on a su tirer son épingle du jeu.

    – j’ai l’édition Kanai d’AEG, en anglais avec les illustrations japonaises, que je trouve effectivement très belles et qui, associées aux rôles originaux (clowns, wizards…) donnent une vraie « patte » au jeu. Pas convaincu du tout par la version Tempest, très froide (et ce design des cartes sérieux, c’est d’un kitsch), ni par le relooking actuel qui manque de personnalité.

    – On joue en 4 manches gagnantes, c’est tout ! Que de parties épiques à finir à 3-3-3-0 pour voir le dernier remonter une manche après l’autre tandis que les autres s’entre-tuent…

    – Le ministre > la comtesse. Il est moins stratégique mais on adore la part de hasard qu’il apporte et surtout la tension induite (on a souvent envie de le garder en main malgré le risque).

    – Aucun intérêt à deux, la chance prend une part trop importante. Pour retrouver le même genre de sensation qu’à 3-4, il faut jouer à R/Braverats, tout aussi chouette.

    – On n’a pas été convaincu par la dernière version à 5 et 6 joueurs, alors que c’est la configuration dans laquelle Le gant d’infinité excelle, même s’il demande un peu plus de réflexion.

    – Quickshot est très bon… de 5 à 7 joueurs. On peu avoir l’impression d’un trop grand hasard sur une ou deux parties, mais dès qu’on a mémorisé les effets des cartes ça devient du pur meta-jeu et il y a moyen de contrôler à peu près ce qu’il se passe. On retrouve complètement la touche de l’auteur.
    En revanche mettre « 2-7 » sur la boîte alors qu’à 2 la règles précise que c’est pas ouf et qu’à 3-4 elle conseille d’ajouter des ‘bots’ pour atteindre 5 joueurs, quelle arnaque sérieux !

    – J’espère que le rachat de Japon Brand par CMON amènera les deux derniers Love letter chez nous (au moins an anglais ça serait déjà pas mal). L’idéal serait une version qui combine l’édition 10ème anniversaire et Love letter 2 (dont les persos ne sont pas dans l’édition des 10 ans) pour avoir l’ensemble des cartes et les illustrations de Noboru Sugiura. On peut rêver…
    On pourrait aussi avoir droit à une compil’ des Lost legacy, qui sait ?

    – Je n’avais pas eu l’occasion de jouer à Mon voisin le monstre à l’époque, content de savoir qu’il va ressortir !

    -A priori la version de Wizards cup vendue à Essen en 2023 précédait la sortie de la version japonaise. Aucune nouvelle pour l’instant d’une sortie internationale, mais vu vos retours et ce que j’en ai lu je l’attends !

  6. Et que pensez vous du podcast minimaliste à la japonaise ? Qui n’est clairement pas le cas ici
    Que de détails et d’information pour un jeu semblant aussi simple…
    Mais ça peut être un nouveau concept de podcast…
    Merci en tout cas, ça m’a donné envie d’y jouer.
    Lorenzo

    1. Très bel épisode, merci.
      Je pose juste un commentaire pour dire que j’ai un exemplaire unique de Love Letter pour les 8 ans de Filosofia avec des illustrations tirées de leurs personnages d’autres jeux.
      La princesse par exemple est la scientifique de Pandémie.

      C’est un jeu que j’ai également trop joué dans sa version 4 joueuses de base. Pas trop pour les autres ni dans la nouvelle version à 6 qui est dans le commerce.

      Je suis un peu surpris que Marie.grand.jeux n’ai pas commenté. Je crois savoir qu’elle collectionne les différentes versions du jeu

  7. Salut l’équipe,
    Je laisse un commentaire ici pour tous ceux qui mettent un commentaire à Kingdom Death Monster 1.5…

    C’est toujours aussi plaisant de vous écouter. Je faisais autre chose en vous écoutant mais j’ai l’impression que vous n’avez pas listé Lovecraft Letter comme Vrais spin off.

    J’ADORE Love Letter, et en dehors de la version Lovecraft, j’ai aussi testé Marvel et Star wars. Ils ne valent pas la version originale, la lovecraft se défend et j’aime y jouer de temps à autre pour changer, mais les deux autres je les trouve vraiment nulles.

    Bel épisode, merci et à bientôt.

  8. « Contrairement à Ephios gros jeu de merde » !
    Faudrait peut-être penser que derrière les jeux il y a des auteurs et des éditeurs, et essayer d’être un minimum professionnel … Je suis déçu …

      1. J’ai rien trouvé sur Discord sur ce « Ephios jeu de merde » …
        Donc voici mon ressenti et pourquoi je suis déçu :
        Je participe financièrement à Proxi-Jeux depuis de nombreuses années, pour soutenir les médias ludiques, et ici les podcasts et pour permettre toujours plus de contenu qualitatif.
        Mais quand on est un des plus gros podcasts francophones sur le jeu de société, on a aussi des devoirs je pense, et du respect envers les acteurs ludiques !
        Cette phrase, n’a rien a faire dans un podcast, elle avait été d’ailleurs coupé au montage puisqu’on ne l’entend qu’en fin de podcast, après l’émission ! Pour quoi l’avoir remis ici alors que si vous réfléchissez un minimum, sorti de son contexte, cette phrase est d’une méchanceté pur et n’apporte rien !!
        Le pionfesseur veut peut-être se faire passer pour le Hanouna de service, ça ne va pas le grandir en tout cas, pas plus que le « j’aurais pu faire se jeu 5 min sous ma douche » de son podcast coup critique, qui n’avait pas trop mal commencé avec Earth pourtant, mais qui est devenu une parodie et une suite de coup gratuit et méchant avec Elawa … Mais là n’est pas la question.

        Je n’écoute pas Proxi-jeux depuis des années pour entendre des phrases comme celles-ci, qui n’apporte rien et qui blessent auteurs-trices et éditeurs !! Je suis déçu et j’espère des excuses publiques !

  9. Je poste ce commentaire avant d’avoir fini l’episode et je pense que la variante de loveletter non evoqué dans le listing est le Cthulu qui es une vrai bonne version, que j’ai en allemand mais traduite une par une dans les sleeves 🙂

  10. Bon je reprend mon commentaire apres avoir fini l’episode, il n’a donc (je crois) pas été fait notion de LoveLetter Cthulu qui a pourtant un gameplay assez different avec 2 type de victoire et une notion de folie… ca change pas bcp mais un peu…

    J’ai adoré l’episode alors que j’ai eu une decouvert de love letter spéciale je vais vous la raconter :

    Partie de découverte en bar a jeu a 3. j’en avais entendu parler mais snas y avoir jouer ni connaitre les regles.
    On commence : 1er soldat tirer par un pote, il le pose et me dis en regardant l’aide , « tu es la servante », j’etait la servante, fin de partie…

    il finisse le round
    on recommence je commence , j’ai une servante en main, je pioche un soldat, je le joue (erreur de débutant) et je balance mon pote « toi t la servante » il me dis non..
    il pioche un soldat, il me dit « toi tu l’ai », redéfaite !

    ils finissent le round

    on recommence , on fait plusieurs tour et arrive la fin de partie je me retrouve a avoir une servante en main et un baron, je joue le baron contre un pote qui avais gagner en gardant un garde longtemps en fin de game
    et je perd…

    depuis je deteste la servante ! et on m’a offret 3 love letter pour mon anniversaire (merci les amis)

    Dernière remarque, que la repartions des cartes soit celle d’un demi KAMI me fait vraiment bcp d’émotion j’ai plus de 350 partie de Kami (top 3 sur BGA a un moment) j’aime bcp ce trivia
    mais je ne comprend pas le « tu as 4 love letter tu peux jouer au shogi » alors que pour moi il n’y a que 40 pions au shogi !
    je ne connais pas les règles je connais que via le manga HxH (j’aimerai bien y jouer un jour) mais je dois me tromper !

    @pionf je suis partant pour une initiation Shogi !

  11. Comme jeu similaire niveau épure je dirais Ringmaster : emballage similaire en pochon, des règles qui s’expliquent en deux phrases (il suffit d’expliquer les types de carte et de gagner, voilà ^^) simple, un peu take that, il n’est pas très marquant mais je l’aime bien.

  12. Super émission comme tous les « Sortons le grand jeu ». J’entends parler de ce jeu depuis sa sortie française en bien et j’ai « réussi » à toujours passer à côté. Je l’ai acheté il y a quelques mois en me disant que ça compléterait une belle ludothèque et là grosse douche froide. Le jeu nous a laissé de marbre, on voit l’intérêt qui se trouve dans le métagame mais aucune envie d’enchaîner les parties et les rares fois où on l’a fait un profond ennui s’est ressenti autour de la table. On jouait sans enjeu et de manière assez méchanique, le jeu a donc trouvé un autre propriétaire. L’émission m’a bien renforcé dans mon opinion, je vois son « truc » mais il ne provoque rien en jeu pour moi (une partie de belotte aurait créée plus de vie à table). Par contre Oriflamme, un de ses descendants, me procure lui plein d’émotions (la joie mauvaise, l’espoir, la déception) avec une tension autour de la table palpable. Jeu découvert peut-être trop tard dans ma vie de joueur un peu à la manière des Colons de Catane que j’ai détesté et dont je ne comprenais pas l’importance (heureusement un Sortons le grand jeu, m’a tout fait comprendre).
    Sinon vu que les Sortons le grand jeu servent aussi à faire le point sur un auteur, sachez que j’attends avec impatience les émissions qui traiterons de Stephan Feld et de Rüdiger Dorn.
    Encore merci.

  13. Le prêtre regarde une carte parce qu’il fait une confession… Bon podcast en tout cas, bien chargé, peut-être un peu trop pour le coup, mais j’apprécie toujours quand ça aborde plein de sujets. C’est comme un bon cours de philo, faut que ça digresse !

    Je n’avais jamais entendu parler de Lost Legacy. J’irai me renseigner parce que je n’ai jamais été vraiment tenté par Love Letter. Du coup autant aller au meilleur direct pour découvrir.

    Je valide que les illustrations japonaises sont excellentes, beaucoup de caractère. Ça donnerait envie de se procurer le jeu juste pour ça. La version occidentale est bien trop convenue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.