Déjà 11 commentaires : Rejoignez la discussion

[C’EST 1D100] Episode 1 : Noobification rôlistique

1D100Howdy !

Chose promise, chose dûe un peu de fluff en lien avec ce premier épisode d’1D100.

0:11:22 - Télécharger le fichier mp3 (10.4 Mo)

Dans cet épisode, je vais vous révéler les secrets de l’univers, pourquoi il y a 42 sur mes boucles d’oreilles, pourquoi les joueurs mangent de la pizza, boivent de la bière et surtout tout ce qu’il faut impérativement savoir pour être le meilleur maître du jeu que la Terre ait jamais porté !
Les compétences fondamentales, les prérequis, la liste des critères à avoir validés avant de commencer, les meilleurs organismes de formation des maîtres du jeu français. Tout !

 (…ou pas)

Tout d’abord, vous pouvez télécharger le compte-rendu de partie en cliquant ici.
Comme vous pouvez le voir, c’est assez sommaire sur la forme. Pour être honnête, elle était un peu plus élaborée, mais la migration vers libreoffice a créé suffisamment de problèmes de compatibilités pour que j’abbandonne toute présentation un peu élégante.

Les joueurs avaient des personnages pré-tirés pour lesquels j’avais préparé un peu de background et une playlist (l’intrigue tournant largement autour de la musique). A titre d’exemple, quand ils avaient pioché leur personnage, ils  avaient reçu un objet (quelque chose que leur personnage porte, utilise ou garde précieusement), et quelques titres de chansons (je leur avais filé les playlist à  la fin de la première session pour les aider à mieux cerner leur personnage pour la deuxième).

Je vous met également un exemple de playlist que j’ai utilisé pour un one-shot  sur le thème des … zombies ! (en intro d’une playlist plus sombre que je n’ai plus – car perdue avec mon ancien ordi) :

Et si vous voulez des idées de ce qu’on écoute pour avoir une ambiance flippante je vous suggère cette merveille faite par desperatezombie :

Voilà aussi quelques images de mon ancien appart’, spécialement décoré pour des occasions rôlistiques.

Oui, clairement, j’avais du temps à perdre investir. Quand je commence un truc, je ne le fais pas à moitié…

IMG_2165IMG_2160

 

Welcome to the Rover !

And voilà !
J’espère que ça vous aura plu, et que les images et les playlists vous inspireront.

N’hésitez pas à m’envoyer des mails, à me laisser un pouic pouic sur twitter (@zombieplaynie), et à commenter ici pour me poser des questions, réclamer des sujets, ou me supplier de vous masteriser une partie (?). Je suis aussi preneuse de vos desiderata pour le prochain épisode !

Et n’oubliez pas : l’important, c’est l’XP.

11 nombreux commentaires pour [C’EST 1D100] Episode 1 : Noobification rôlistique

  1. En fait, je crois que je suis un gros feignant. Lorsque j’ai commencé à maîtrisé (à JRTM), je préparais mes scénarios (95% maisons) en détails. Je préparais les PNJ, les plans de la zone / route qu’il faudrait emprunter, les plans des bâtiments, je prévoyais même des « quêtes secondaires » façons jeux vidéos. Et puis, j’en ai eu marre de préparer pleiiiin de trucs que mes joueurs ne verraient jamais donc j’ai restreint mes préparations aux PNJ et aux lieux inévitables pour la trame du scénario. Et un peu après ça, j’ai maîtrisé à INS/MV. Là, la facilité d’improviser des décors urbains contemporains a fait que je ne dessinais plus les plans en avance, mais au besoin. Et puis, un jour, j’ai jeté touuuut un scénario à la poubelle parce que mes joueurs étaient partis totalement sur autre chose et j’ai improvisé pendant les 2/3 de la partie. Et là, ce fut le drame.
    Depuis, je prépare mes parties en bossant les intrigues (contexte, trame et éléments incontournables tels que descriptifs de PNJ, Evénements ou indices), souvent en adaptant un scénario du commerce, mais je ne fais plus de plans. Lorsqu’un PNJ de scénario n’a pas de profil, je l’improvise pendant la partie (autrement dit, je lui sors une ou deux carac et capacités selon le besoin) et c’est guère tout. Il faut dire que j’ai déjà du mal à trouver le temps de faire juste ça alors préparer d’avantage…

    Honnêtement, ton niveau de préparation fait envie, notamment sur le matériel physique à passer aux joueurs (plans, lettres,…) mais je ne peux juste plus assurer comme ça. Par contre, le cahier ne notes et les marques pages de couleurs, ça, il faudrait VRAIMENT que je m’y mette. Je maîtrise maintenant à Exil et comme je joue peu, j’ai du mal à intégrer parfaitement tous les détails du système (pourtant pas bien lourd) et surtout, je suis à nouveau obligé d’écrire tout ce que je fais jouer (pas d’extension pour ce jeu).

    1. Salut Jocelyn !
      Le cahier de notes et le système de post-its colorés, c’est vrai que c’est un investissement utile et qui fait gagner pas mal de temps au final. Si c’est un petit coût en temps initial, ça vaut vraiment la peine…

      Après, pour ce qui est de ma préparation, j’ai sérieusement tendance à l’overkill… Mais ce que je n’utilise pas à une séance donnée, je le récupère en général pour une séance ultérieure.
      Comme les univers dans lesquels je maîtrise sont relativement « proches », au sens où il y a des éléments de normalité et de « surnaturel » _ c’est vrai que c’est plus facile. Et je ne décore pas mon appart à chaque fois ^^
      Je joue aussi souvent au club, et les rares fois où j’ai maîtrisé je n’avais rien comme fluff !
      Au début, c’est vrai que de tout préparer, c’est rassurant puisque tu as tout en détail sous le nez; mais comme tu le dis tes joueurs ne veulent jamais faire ce que ton cerveau malade a prévu et donc tu finis par tout bazarder !
      Mine de rien, quelque chose que je n’ai pas abordé dans cette chronique, c’est que en tant que MJ on prend de l’XP. Et au final on peut avoir des séances de mastering super cool avec un degré de préparation cacahuètesque, parce qu’on est plus à l’aise sur la gestion du groupe, l’improvisation, les descriptions et la façon dont on rythme l’action.

    1. Awww ^^
      Merci Fendoel !
      Je suis en train de tapoter l’épisode 2, donc je pense qu’il n’y aura pas six mois de battement encore 😉

  2. Chronique bien sympa. Et je me rends compte que je suis devenu bien fainéant pour préparer mes parties. Faute de temps, j’avoue que j’invente peu d’intrigues secondaires qui déviraient trop mes joueurs…

    1. Salut Jérémie !
      Merci 😀
      Plutôt que fainéant, j’ai tendance à penser que quand on a de l’XP en tant que meujeu on peut faire l’impasse de pas mal de détails pour se concentrer sur l’intrigue… Sauf si tu prépares ton scénar 20 minutes avant l’arrivée de tes joueurs. Auquel cas, oui 🙂

      1. Naaaaan, quand même je passe qq heures à mes préparations, et c’est bien pour ça qu’on joue finalement peu souvent :-/

  3. J’avoue avoir été un peu dubitatif au lancement de ce podcast, ne sachant pas trop ce qui se cacherait derrière un tel teasing. Désormais, une dizaine de minutes plus tard, c est fébrilement que je cherche les tournures adéquates susceptibles de rendre honneur à un tel travail. Cela pourrait sembler exagéré de prime abord mais tu reussis dans ce podcast a captiver ton auditeur par tes references, tes anecdotes mais également ce soucis du détail qui me pousse à abréger malheureusement ce commentaire pour aller compulser le CR de partie ^^. En bref, ce podcast m’a conquis et j’aurais presque envie de rejouer a Paranoïa, INS/MV, Shadorun ou L5R. Bravo.

    1. Que dire à mon tour ?
      Merci, merci ! Je dois dire que ça me touche beaucoup ! 🙂
      Si cet épisode t’as donné envie de rejouer, c’est plutôt bon signe je pense.

  4. Howdy Playne !
    Bon, déjà, un gros bravo général pour le temps que tu consacres à tes joueurs 🙂 – ensuite je vais me permettre quelques remarques 😛
    1. je pense que tes conseils sont valables pour tout MJ sauf justement pour celui qui souhaite commencer. Les codes couleurs et la lecture et relecture du scénario sont vrais pour tout le monde. Mais la timeline, l’ambiance, le thème musical, la description imagée des caractéristiques physiques et physiologiques des protagonistes nécessitent déjà d’être à l’aise sur les règles et l’histoire. Ces derniers éléments sont super précieux quand effectivement tu as déjà quelques parties masterisées derrière toi. Le débutant peut difficilement se challenger sur tous les critères nécessaires à une partie réussie.
    2. je l’avais déjà fait remarqué ici je crois, mais je pense que ce serait plus « cool » si tu échauffais ta voix avant d’ouvrir ton micro. On sent à partir de la moitié de ton intervention que tu relies tes phrases de manière plus naturelle. Alors qu’au tout début, la respiration est difficile, le par-coeur se confond dans le stress 🙂
    Bref, un conseil : plante-toi 5min devant un miroir et fais-toi la conversation. Dès que tu « chaude », ouvre le micro !
    3. encore bravo 😛

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *