Déjà 4 commentaires : Rejoignez la discussion

[Essen 2017] Catch Up Games – Paper Tales

Cyrus a non seulement arpenté les allées du Messe d’Essen pour son plaisir mais nous a également ramené quelques interviews. Voici la 1re, il s’agit de l’interview de Clément et Sébastien de Catch Up Games qui nous parle de Paper Tales.

On aborde également dans cette interview le sujet cher à certains joueurs du format des boîtes de jeux.

0:32:46 - Télécharger le fichier mp3

Vous pouvez « streamer » notre podcast, le télécharger en MP3 (lien download) ou vous abonner à notre flux iTunes. Si vous nous appréciez, notez notre Podcast dans iTunes, et laissez-y un commentaire ! Sur Android, nous vous recommandons d’utiliser l’application (gratuite) Podcast Addict.

Paper Tales

Clément et Sébastien nous racontent comment ils en sont arrivés à éditer Paper Tales et les choix de localisation qu’ils ont fait pour ce jeu.

Les Catch Up Games : Clément à gauche, Sébastien à droite, Paper Tales au milieu
Les Catch Up Games : Clément à gauche, Sébastien à droite, Paper Tales au milieu

Christine Alcouffe qui a illustré Paper Tales sera en dédicace du 10 au 12 novembre à Schiltigheim lors du 6ème Salon de l’illustration et du livre jeunesse qui se nomme « Schilick on Carnet »

http://www.schilickoncarnet.fr/christine-alcouffe/

Un aperçu des illustrations de Vorpals
Un aperçu des illustrations de Vorpals

La Taille des boîtes de jeu

Le tweet à l’origine de cette entrevue et dans son fil, de longs échanges sur le sujet de la taille des boîtes de jeu. Ajoutons, qu’il manque les pions et le plateau à cette photo.

Un grand merci au duo de Catch Up Games pour leur authenticité sur ce sujet 🙂

4 nombreux commentaires pour [Essen 2017] Catch Up Games – Paper Tales

  1. Un petit commentaire rapide sur la polémique (très bien abordée dans ce podcast).
    Nous, les joueurs qui suivent l’actualité du jeu, ne sommes pas les acheteurs majoritaires. Ce sont nos proches et des gens qui ne suivent absolument pas l’actualité et qui ne pourraient pas reconnaître le Dr Knizia dans un paquet de meeples. Ce sont eux qui passent de temps en temps en boutique ou qui commande sur Amazon (au lieu de le faire sur Philibert) qui font la majorité du chiffre d’affaires. Les statistiques des ventes des boutiques l’indiquent bien et pour vous en convaincre, passez un après-midi dans une boutique spécialisée un samedi après-midi de décembre. Quasiment aucun de ces clients n’ont de compte sur BGG – et pourtant ils achètent, et il faut les convaincre de bien acheter.
    En plus, ils achètent pour leur nièce, leur « cousin qui est fan de jeux », et les éditeurs doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour les éloigner des boîtes de Monopoly Vierzon. D’où l’intérêt des boîtes un peu surdimensionnées. Comme Splendor. Pas comme Blue Print.

  2. Je commence vraiment avoir du mal avec cette politique de langue de bois sur le prix des JdS. Et je trouve que le boitage est quand même une vaste fumisterie dans le monde des JdS quand on essaye de vendre du vent avec une grosse boite. Ici c’est pareil, il essaye de gagner en visibilité en magasin avec une grosse boite mais j’ai peur que sur la durée cela leur porte préjudice et je serais curieux de connaitre la différence Tiny Epic Galaxy et leur jeu en terme de coût et de tirage. Je ne remet pas en cause les qualités du jeu auquel je n’ai pas joué et sur le fait qu’il s’agit d’une grosse boite me refroidi grandement mais je suis sur qu’une grosse boite dessert les jeux au final.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *