Déjà 12 commentaires : Rejoignez la discussion

[Hors-série] Blasphemy, un nanard ludique

Pour ce hors-série très spécial, Le Pionfesseur va présenter à ses compères Polgara et Cyrus un jeu qui sort vraiment des sentiers battus. Un nanard ludique, un jeu tellement étrange et mauvais qu’il finit par en devenir fascinant !

Pour nous soutenir, nous remercier ou encore nous encourager, vous pouvez le faire via Tipeee (https://www.tipeee.com/proxi-jeux) ou PayPal (https://www.paypal.me/proxijeux)

1:44:57 - Télécharger le fichier mp3 (96.1 Mo)

Vous pouvez « streamer » notre podcast ou vous abonner à notre flux iTunes. Si vous nous appréciez, notez notre podcast sur Apple Podcast et laissez-y un commentaire ! Sur Android, nous vous recommandons d’utiliser l’application (gratuite) Podcast Addict.

Blasphemy

Introduction et présentation du jeu

0:00:00 Introduction et présentation

Présentation du concept de l’émission puis du jeu dont il est question : Blasphemy ! Un jeu où l’on va incarner chacun un « Jésus », plus d’infos sur BoardGameGeek : https://boardgamegeek.com/boardgame/33125/blasphemy/images

Début des explications

0:14:00 Début des explications

Le Pionfesseur commence à expliquer les principes fondamentaux de ce formidable jeu dont la durée est aussi longue que la boîte.

The Baptism

0:18:35 The Baptism

Le Baptême est bien évidemment la première étape pour devenir un vrai prophète. Polgara et Cyrus vont découvrir que ça n’est pas aussi simple que ça en a l’air.

The Wilderness

0:25:40 The Wilderness

Qui ne s’est jamais perdu dans le désert pendant 40 jours en ayant des visions intempestives de Dieu et du Diable ? Polgara et Cyrus sont impressionnés par le réalisme si poussé de ce jeu qui pourrait s’apparenter à un Wargame simulationiste.

The Ministry

0:36:55 The Ministry

Il est temps pour Jésus de constituer son gang ! Soigner deux ou trois lépreux devrait en convaincre plus d’un. Le Pionfesseur entrevoit quelques soubresauts de stratégie dans le jeu qui ne serait donc composé que de 98% de hasard ce qui le place au dessus d’un Munchkin.

Jerusalem & The Cross

0:59:40 Jerusalem & The Cross

Le Pionfesseur révèle enfin l’objectif du jeu : se faire crucifier ! Judas est vraiment super sympa de nous permettre de gagner la partie !

Les avis d’internautes et nos avis sur le jeu

1:22:45 Les avis

Alors c’est bien ? C’est pas bien ? Peut-on vraiment être un prophète sans jamais marcher sur l’eau ? C’est l’heure du faith off !

Conclusion et Outro

1:42:30 Conclusion

Où l’on conclut et où l’on outrotte.

Musiques utilisées :

Astat – Daily Dozen

Monty Python – Always Look on the Bright Side of Life

12 nombreux commentaires pour [Hors-série] Blasphemy, un nanard ludique

  1. Très sympa, cette chronique. Merci, j’ai bien ri.
    Je n’irais pas jusqu’à dire que ça m’a donnée envie de jouer à ce jeu 😉

  2. « il faut piocher une carte et il y a environ 16% de réussite ». Donc la même proba que de faire « 3 » en lançant un d6 !

    Enorme. Et on voit bien le parallèle qui peut être fait avec Talisman…

    L’intérêt de ce jeu, je pense, c’est d’occuper deux heures dans une colo chrétienne.

    Sympa, ce format. Sympa aussi d’avoir fait l’effort d’essayer de comprendre sérieusement ce que l’auteur voulait faire et de ne pas juste dézinguer une bizarrerie.

  3. Wow… 2007 really ?
    Le plus étonnant ça reste ces ratings relativement hauts sur BGG. Certes avec un gros écart-type, mais avec surtout très peu de commentaires pour pointer la nullité mécanique absolue du truc.

    Bref, j’ai ceci dit bien aimé cette première du format. Je propose d’ailleurs le titre suivant : « Sortez les poubelles » 😉
    Peut être à écourter si renouvelé, parce que là, la durée de la chronique avoisine celle du jeu (!!)

    1. Très bonne nouveauté, j’espère que ça pourra continuer.
      Très drôle et le fait que Cyrus et Polgara ne connaissent pas le jeu donne une excellente spontanéité!
      Merci pour la musique de la vie de Brian à la fin

  4. Je suis d’accord avec les commentaires du dessus, c’est très sympa, intéressant et surtout très original.
    Je rejoins également Grovast sur la longueur, une heure serait amplement suffisamment.
    Par contre, n’ayant pas l’occasion de regarder d’images du jeu avant la fin de l’épisode, me basant juste sur les descriptions et en m’imaginant le matériel, ce fut une sacrée surprise de le voir ensuite : le plateau ne ressemblait pas du tout à ce que j’avais imaginé.
    Sinon totalement d’accord sur le fait qu’analyser les erreurs des jeux permets d’acquérir une culture ludique.
    En bref, je dis « encore » mais en plus court.

  5. Très bonne première chronique du genre, me suis bien poilé 😉

    Et vu le nombre de fois où le mot « putain » a été prononcé pendant le podcast, je crois qu’on a trouvé d’où vient le nom de jeu 😛

  6. Et pour corroborer le commentaire ci-dessus, on aurait peut-être gagné à, justement, moins l’entendre, ce mot un tantinet vulgaire.

  7. Excellente chronique, surtout la surprise de la découverte de Cyrus et Polgara.
    J’ai adoré, je n’ai pas vu passer les 90 minutes. 🙂

  8. J’ai beaucoup aimé cette chronique et le concept du jeu « nanard » inconnu. Par contre il me semble que vous êtes passés à côté de tout l’humour au second degré du jeu. Nombreuses sont les références/jeux de mots qui démontrent facilement la nature parodique du jeu:

    1. L’illustration de la boite du jeu.
    2. Le fait qu’il y est plusieurs Jésus et que ce soit une course à la crucifixion.
    3. Le symbole de la branche d’olivier remplacé par une olive d’apéro piquée d’un cure dent.
    4. Le frisky donkey et le faith-off.
    5. Les noms bidons (et allitératifs) des destinations bibliques sur le plateau: les chutes du prépuce, la crique des invalides, la falaise des lépreux… (C’est digne d’un épisode de South Park.)
    6. La phase « Break for the cross » qu’on pourrait traduire par « l’échappée vers La Croix » (l’image du coureur cycliste qui quitte le peloton).
    7. Le dernier espace qui précise qu’il faut relancer le dé « until you nail it » (jusqu’à ce que vous clouez/réussissez. « Nail it » a un double-sens).

    Je pense que c’est à la fois un « détournement » de la vie de Jesus mais aussi une parodie absurde du jeu de société old school façon roll-and-move, Les références plus sérieuses et détaillées sont seulement là pour que la satire fasse son œuvre. Je ne serai pas surpris d’apprendre que l’auteur a grandi dans un milieu assez conservateur, qu’il a joué à des jeux de société chrétiens (qui existent bel et bien aux USA), et qu’il cherche à s’en moquer ici.

  9. Idée de format à garder, en plus court effectivement 🙂 🙂

    J’ai peut-être manqué une partie de la présentation du jeu, mais il aurait fallu rappeler le contexte, année d’édition, etc … car un tel jeu dans les années 70-80 était innovant et ludique 🙂 🙂 et encore plus si l’auteur/les éditeurs sont du genre mormons ou quakers !

    Une piste de jeu dans la même idée, mais surement plus fun :
    https://en.wikipedia.org/wiki/The_Settlers_of_Canaan

    1. Il me semble bien que je précise la date dans la fiche signalétique.

      Merci pour Settlers of Canaan, je connaissais pas et ça à l’air … formidable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *