Déjà 17 commentaires : Rejoignez la discussion

[Sortons le grand jeu] Rencontre Cosmique – Future Pastimes

Dans ce nouvel épisode de Sortons le Grand Jeu, Cyrus et Le Pionfesseur partent à la rencontre d’un jeu qu’on croirait venu d’ailleurs. Partez avec eux en 1977 date de parution de Rencontre Cosmique, un jeu qui a dynamité le monde du jeu de société à coup de rayon singulatronique.

Pour nous soutenir, nous remercier ou encore nous encourager, vous pouvez le faire via uTip (https://utip.io/proxijeux) ou PayPal (https://www.paypal.me/proxijeux).

02:07:48 - Télécharger le fichier mp3

Vous pouvez « streamer » notre podcast ou vous abonner à notre flux Apple Podcast. Si vous nous appréciez, notez notre Podcast dans Apple Podcast et laissez-y un commentaire ! Sur Android, nous vous recommandons d’utiliser l’application (gratuite) Podcast Addict.

Commentaires précédents

0:00:00 Introduction

 

0:01:19 Remerciements

 

0:02:09 Retours sur les commentaires

Les commentaires de l’épisode précédent, où nous parlions de Pandemic et de Matt Leacock, c’est par ici, mais comme d’habitude on reprend l’essentiel !

 

Rencontre Cosmique, c’est quoi ?

0:15:25 Présentation rapide du jeu

Rencontre Cosmique, aka Cosmic Encounter, est un jeu de Future Pastimes, un collectif d’auteur qui était composé à l’époque de Bill Eberle, Jack Kittredge, Bill Norton, et Peter Olotka. Quand on parle d’époque, on parle des années 70 ! Car, oui, le jeu a été édité pour la première fois aux États-Unis en 1977. Et notons que le jeu a reçu un apport sensible du co-auteur Kevin Wilson dans son édition de 2008.

Le jeu se joue à partir de 12 ans et vous emmènera dans des parties de 90 min environ (normalement, moins).

On y incarne une race extra-terrestre et on a pour but d’envahir 5 planètes d’autres systèmes solaires que le nôtre. À chaque tour, le jeu nous indiquera qui attaquer. S’ensuit une phase de négociation pour avec les autres joueurs leur permettant de s’allier à l’attaquant ou au défenseur (ou de ne rien faire). Les deux joueurs principaux vont faire une phase de Rencontre et vont alors choisir simultanément une carte de leur main qui décideront du sort de la rencontre : combat ou compromis. Plein d’issues sont possibles : envahir les planètes, cohabiter dessus, s’échanger des cartes mais tout cela est très codifié par le jeu !

Mais surtout… surtout… chaque joueur et joueuse possède un pouvoir extra-terrestre qui va COMPLÈTEMENT retourner le principe du jeu !

Pourquoi Rencontre Cosmique est un grand jeu ?

0:19:05 Pourquoi ce jeu est important ?

Les prix :

  • 1997 – admis au Adventure Gaming Hall of Fame
  • 2001 – Recommandé au Spiel der Spiele
  • 2019 – Sélectionné au Golden Geek Awards, catégorie « Gamer »
  • Et quelques autres récompenses assez mineures

Classements :

BoardGameGeek :

  • Aujourd’hui : 156ème (version 2008)

Les éditions :

  • 1977 – Eon Games (anglais uniquement)
  • 1986 – West End Games (anglais uniquement)
  • 1991 – Mayfair Games (anglais et allemand)
  • 2000 – Avalon Hill (anglais et allemand)
  • 2008 – FFG (avec Kevin Wilson – 8 langues différentes)
  • 2018 – FFG (42nd anniversary edition – anglais et russe)

Les extensions :

  • 9 “Expansion Set” pour la version Eon (jusqu’en 1983)
    • des aliens en plus
    • des cartes qui ajoutent des pouvoirs aux aliens existants
    • des lunes qui ajoutent des effets aux planètes
  • More Cosmic Encounter (1992) pour la version Mayfair
  • 6 extensions pour la version FFG (de 2011 à 2016) avec entre 20 et 30 nouveaux aliens par extension !

Des Spin off :

  • 2016 – Game of Thrones : The Iron Throne chez FFG  (avec Justin Kemppainen and Greg Olotka mais Jack Kittredge et Bill Norton non crédités – 10 langues différentes)
  • 2020 – Cosmic Encounter Duel (Frank Brooks, Bill Eberle, Peter Olotka et Greg Olotka)

Autres faits :

L’analyse

0:35:40 La Génèse

Un vrai cahier des charges à l’origine du jeu et une histoire assez rocambolesque.

0:44:27 Découpe au laser

  • Système de “gestion de main”
  • Négociation / Alliances
  • Choix simultanés (pour les combats)
  • Un « jeu de SF » (!?)
  • Les pouvoirs uniques / Asymétrie
0:55:11 Les ascendants
  • Donjons & Dragons (1974)
  • Les Wargames

Si l’asymétrie existait déjà bien avant Rencontre Cosmique est sûrement le premier à créer des factions avec un pouvoir qui contredit les règles.

0:58:37 Les descendants
  • Illuminati (1982 – Steve jackson)
  • Magic (1993 – Richard Garfield)
    • C’est sûrement le jeu le plus important qui a été influencé par Rencontre Cosmique
  • Vinci (1999 – Philippe Keyaerts)
    • Cette fois chaque peuple est la fusion de deux pouvoirs
  • Citadelles (2000 – Bruno Faidutti)
    • Les pouvoirs tournent à chaque tour
  • Pandémie (2008 – Matt Leacock) et beaucoup de jeux coop
  • En fait, tous les jeux qui utilisent des pouvoirs spéciaux aussi petits soient-ils…

Jamais cependant, on ne retrouvera le sentiment d’avoir des pouvoirs aussi “game-breaker” que dans Rencontre Cosmique.

1:07:41 Œuvre innovatrice, paradigmatique ou définitive ?

 

1:12:07 La thématique

Bah, c’est de la SF quoi…

Les auteurs

1:18:29 Les auteurs
  • Le collectif se fait appeler “Future Pastimes”
  • C’est plutôt Peter Olotka qui est à la tête du groupe. Il travaillait pour un groupe humanitaire anti-pauvreté et il a rencontré Jack Kittredge et Bill Eberle en voulant les recruter dans son entreprise (seul Jack Kittredge a été retenu)
  • Bill Norton a rejoint leurs sessions de jeux, étant un ami d’un des deux autres
  • Ce ne sont pas vraiment tous des gros mordus de jeux. D’ailleurs Peter Olotka trouve que les jeux sont juste des copies d’autres jeux aujourd’hui.

 

Leur ludographie :

  • Bill Norton
    • Juste Rencontre Cosmique
  • Kevin Wilson
    • 2003 – Le Trône de Fer (avec Christian T. Petersen)
    • 2005 – Descent
    • 2005 – Horreur à Arkham (avec Richard Launius)
    • 2010 – Sid Meier’s Civilization
  • Les trois autres
    • 1979 – Dune
    • 1979 – Darkover
    • 1980 – Quirks
    • 1981 – Hoax ( avec Edward Horn Jr.)
    • 1981 – Runes (réédité en Decipher récemment)
    • 1982 – Borderlands
    • 1985 – Star Trek : The Enterprise 4 Encounter
    • 2020 – Cosmic Encounter Duel (Frank Brooks, Greg Olotka et pas Jack Kittredge)

Leur patte :

  • Les pouvoirs uniques
  • Les jeux de conquêtes
  • Les thématiques fortes et/ou basé sur des licenses (essentiellement de la SF)
  • L’interaction très “psychologique” entre les joueurs
  • Des jeux à la fois très interactifs, basés sur la négociation et en même temps très cadrés, cela donne des jeux avec beaucoup de sous-phases, de cas particuliers qui sont traités par la règle elle-même ce qui est assez bizarre en termes de conception (c’est dur à apprendre et malgré tout assez intuitif).

Anecdotes

1:51:40 Anecdotes

Tout au long de nos recherches, nous avons glané quelques anecdotes. Nous vous partageons celles qui nous ont le plus marqués ainsi que quelques réflexions plus personnelles.

Concluons

2:03:26 Conclusion

Il est temps de se quitter, mais on se retrouve dans 2 mois pour parler du Chifoumi !

 

Nos Sources

Le jeu

Les auteurs

Et comme d’habitude : nos souvenirs, nos approximations et nos tentatives d’explications ! Et vivement le prochain épisode qui sera consacré à ! 🙂

17 nombreux commentaires pour [Sortons le grand jeu] Rencontre Cosmique – Future Pastimes

  1. Salut ! Excellente émission comme d’habitude. D’ailleurs, ça devient lassant, vous voulez pas en faire une pourrie pour changer ?

    Le principe que le texte d’un élément de jeu prévaut sur les règles, moi j’appelle ça la règle d’or. C’est comme ça qu’elle était nommée dans les règles de Magic (considéré comme jeu le plus influent de tous les temps par mon p’tit coeur) et dans la plupart des JCC qui l’ont suivis.

    J’ai une idée de précurseur à la règle d’or mais vous allez dire que c’est capillotracté : le Mille Bornes et ces fameuses « bottes » (Véhicule prioritaire, Pneus increvables…) qui permettent d’être immunisé à certaines cartes néfastes. Ce n’est évidemment pas tout à fait la même chose puisque les bottes sont décrites dans les règles mais elles permettent néanmoins de faire une entorse à la règle de base et c’est pour ça que je le vois comme un précurseur. Après, j’ai aucune preuve qu’il y ait un lien d’influence direct. De ce que j’en ai lu, ni Olotka, ni Garfield (le père de Magic) ne le mentionne.

    Hasard du calendrier, je vais bientôt publier un article qui se nomme « L’équilibrage dépend-t-il des joueurs ? » et parle énormément d’Olotka, de Cosmic Encounter et de tous les jeux qui l’ont suivis. Je vous le mettrais en lien dans le discord ^^

  2. Emission très sympa comme d’hab !
    Petite remarque en ce qui concerne les jeux préférés de Tom Vasel de Dice Tower : il n’y a pas longtemps, il était très fan de Yedo. Maintenant, c’est Ark Nova qu’il adore … à voir si ça dure dans le long terme !

  3. Mon premier commentaire chez vous pour vous féliciter pour cette émission.
    Vous m’avez donné envie de trouver ce jeu et d’y jouer.
    Je suis toujours impressionné par ces jeux qui sont sorties à des époques ou le j2s était encore une niche (relative cependant quand on vend 10.000 boites !). Le courage des auteurs, leurs amours du jeu dans un aventure rarement rémunératrice et pourtant si énergivore.
    Je trouve le parallèle avec le début de l’informatique assez similaire. Nous n’avons pour le moment pas de GAFAM du jeux de société (quoi qu’avec les rachats…) et j’espère que nous auront toujours des auteurs/jeux dans cette optique : une envie créatrice sans autre but que de s’amuser.

  4. Merci, encore une excellente émission ! je vous ai déjà dit que « sortons le grand jeu » est mon format favori… après les chroniques bien sûr 🙂 J’adoore les vieilleries 🙂
    Je n’ai malheureusement jamais joué à Rencontre cosmique mais vous m’avez donné envie d’essayer. J’ai quand même l’impression qu’avec 200 différents Aliens, le jeu ne doit pas être trop équilibré ? Vous n’avez pas trop parlé d’équilibrage d’ailleurs… j’imagine que comme à Villainous, à la fin une coalition s’allie contre les joueurs les plus en avance ?
    Vous indiquez souvent que Faiduti s’est inspiré de Rencontre Cosmique pour faire ses rôles à pouvoir dans Citadelle. Bien que cela a dû l’influencer, je crois que c’est plutôt Verräter et Meuterer les sources principales (excellents jeux au passage surtout le dernier).

    1.  » J’adore les vieilleries  »
      Je vous conseille de dénicher une boite de Kings and things, https://boardgamegeek.com/boardgame/58/kings-things, dans lequel il y a énormément de mécanismes que l’on retrouve aujourd’hui, et qui nous paraissent innovant. 🙂
      Le jeu a d’ailleurs fait l’objet d’une magnifique réédition, il y a quelques années,mais est resté le même il me semble.

  5. Salut à vous deux et merci d’avoir présenté ce jeu hors norme. Je ne pensais pas entendre de mon vivant une émission de plus d’une heure consacrée exclusivement à ce titre, et en français en plus.
    C’est mon jeu préféré depuis que j’ai commencé à jouer il y a environ 10 ans, à 5 joueurs et plus en tout cas. J’ai du faire une vingtaine ou trentaine de parties entre 5 et 8 joueurs, et je ne m’en lasse toujours pas.
    En terme d’interaction on fait difficilement mieux et dès la seconde ou la troisième partie on entrevoit toute la profondeur tactique tactique du jeu, si on regarde au delà de l’apparent désordre, ou chaos.
    Se débrouiller avec les cartes que l’on a en main, utiliser habilement son pouvoir alien pour renverser des situations désespérées, monter des alliances de circonstance pour contrer un pouvoir alien trop fort, proposer des alliances pour en fait mieux affaiblir ses futurs adversaires, tout ça fait vraiment le sel de ce jeu en provoquant une espèce de grand huit émotionnel tout au long des parties et donne une irrésistible envie d’en refaire d’autres.
    D’ailleurs si certains sont intéressés pour découvrir ce jeu, avec une dizaine d’autres joueurs j’organise une à deux fois par mois des parties du côté de Paris dont je parle ici:
    trictrac.net/forum/sujet/94-75-rencontre-cosmique-pour-les-nuls

  6. Merci pour votre, comme toujours, excellente émission.
    J’en profite pour dire un grand BRAVO à toute l’équipe de Proxi Jeux ; dont j’apprécie le travail dans son ensemble ! ! !
    J’ai joué à Rencontre Cosmique (à l’époque, c’était Cosmis Encouter) quand j’étais jeune. Puis j’ai découvert la version Descartes, et le plaisir de lire les fiches en français.
    J’ai appris plein de choses très intéressantes sur ce jeu, qui fait partie de mon toptaine. Peut-être n’avez vous pas assez insisté sur deux petites choses :
    1 / L’ambiance créée par tout le métalangage du jeu, qui lui donne son encrage fort dans l’univers de space opéra. Par exemple le « Warp » qu’on place au centre de la table ou les textes de description de chaque race alien, courts et très second degrés.
    2 / Le délire qui s’empare des joueurs après le premier tour. Chaque joueur a l’impression que son pouvoir est totalement nul par rapport à celui de son voisin. Tous se disent que les autres jouent comme des chèvres en acceptant que telle joueuse ou tel autre vienne aider à coloniser une planète alors que clairement, en tout cas de votre point de vue, la partie est pliée si on fait un truc pareil.
    Bref, peut-être avez vous tellement voulu analyser objectivement le jeu (et c’est tout à votre honneur) que vous en avez oublié d’insister sur le fait que les parties sont totalement délires. Les jeux où les joueurs peuvent monter sur la table en cour de partie sont rares. Et bien Rencontre Cosmique donne ce genre d’émotions.

  7. Salut les extraterrestres,

    Une fort belle émission que celle-ci !
    Il m’a juste manqué deux petites choses :
    – Ce jeu est tellement centré sur les pouvoirs « craqués » que j’aurais bien aimé avoir d’autres exemples pour se faire une meilleure idée
    – A quoi ressemblent ces aliens au centre du gameplay également ? humanoïdes, androïdes, des tentacules, un peu de tout ? on s’en moque ?

    Je n’ai jamais joué au jeu mais je connaissais sa bonne réputation de loin, et j’étais persuadé que l’auteur était Bruno Faidutti, comme les deux sujets étaient souvent reliés sur le web de l’internet !

    A + les négociateurs !

  8. Comme autre descendant, vous auriez pu mentionner Neuroshima Hex, où l’asymétrie est très forte et peut paraître déséquilibrée, avec pas toujours des pouvoirs spécifiques, mais une vraie identité pour chaque faction.

    C’est personnellement ma référence quand je travaille sur un jeu asymétrique: une base commune mais la possibilité de bâtir des factions différentes (un peu, comme les factions de base de Neuroshima Hex) ou plus radicalement (comme la faction Dancers avec seulement trois unités par exemple)

  9. C’est vrai que j’avais oublié cette excellente question.
    De mon côté je pense à antiquity, https://boardgamegeek.com/boardgame/13122/antiquity
    À partir du troisième ou quatrième tour les joueurs construisent leur cathédrale et choisissent un saint. Ce saint leur donne une antorse à la règle absolument énorme, ainsi qu’une condition de victoire en lien avec cette facilité.
    On peut même changer de saint en cours de partie, ce qui permet de profiter d’un pouvoir et de se diriger vers une condition de victoire surprenante pour les adversaires. Le jeu a très peu de règles et s’explique rapidement, mais est très exigeant.

  10. Super émission encore ! Merci !

    Un jeu que je ne connais que de nom, l’explication de règles du début m’a fait penser au dilemme du prisonnier , mais vous n’en parlez pas du tout donc j’imagine que ça n’a rien à voir ?!?

    Quelle édition VF conseillez vous ?

    Un autre jeu de cartes a pouvoirs où l’on joue toute sa main , en simultané : BRAVERATS (symétrique)

    RAPTOR aussi dans une certaine mesure (asymetrique)

  11. Quelqu’un sait où trouver la règle VF de rencontres cosmiques en pdf svp ? (Ou me l’envoyer ?)
    Merci !

  12. Très bonne émission (une fois de plus!)

    Dans la recherche d’autres jeux avec des pouvoirs individuels super puissants (ou « craques »), je pense surtout a ‘blood on the clocktower’, un jeu à la mafia / loups-garous où chaque joueur a un pouvoir spécial – et souvent hyper puissant. Désolé, je ne crois pas qu’il y ait de version française (pour l’instant)

    Petite note aussi, j’étais assez surpris d’entendre la mention de ‘dead of winter’ comme jeu de négociation. Il y a certainement des discussions et les joueuses doivent coordonner leurs actions (et parfois trahir), mais il n’y a pas vraiment d’échanges entre joueuses? Ai-je manque quelque chose?

  13. Salut les copains,
    Trop bien, une émission entièrement consacrée à l’un des meilleurs jeux du monde/20.

    Je trouve personnellement qu’on retrouve vraiment bien la filiation entre Diplomacy et Rencontre cosmique, avec des « pouvoirs de faction », même si ce n’est pas formuler de cette manière. On a en fait « toutes les nations commencent avec trois armées SAUF la Russie. Toutes les nations ont deux arsenals navals SAUF l’Autriche-Hongrie. Etc. » Bon, d’une part c’est situationnel au contexte historique de la nation, ce n’est pas un pouvoir de joueur. D’autre part, on doit bien à Rencontre cosmique de passer du paradigme « tout le monde fait ça sauf… » au paradigme « y’a que moi qui fait ça ».

    J’aurais noté en plus je pense les pouvoirs de faction qui ne sont pas forcément pétés, mais qui apportent une dose d’asymétrie pour casser un peu la monotonie de jeux un peu trop lisses. On a ça dans pas mal de jeux coop (toute la lignée des Horreur à Arkham, avec environ un tiers de pouvoirs pétés et deux tiers de pouvoirs ok) mais aussi dans des jeux compétitifs : Dominant Species (avec des pouvoirs pétés), Terraforming Mars (avec des pouvoirs pas pétés, et aussi le point intéressant que certains pouvoirs contribue au tableau building et d’autres pas du tout) (mais je ne suis pas du tout étonné que vous deux ayez décidé de ne pas parler de ce jeu), Twilight Imperium (dans la filiation SF, avec des pouvoirs de faction à demi pétés, mais des technologies de faction déblocables pendant la partie qui sont complètement pétés), Battlestar Galactica (pas compétitif, mais en équipe, et de mémoire je ne saurai catégorisé les pouvoirs en pétés ou non), Sidereal Confluence (qui est un héritier direct de RC, avec une phase de négociation complètement libre et des pouvoirs bien cramés là aussi), Dune Imperium (avec des pouvoirs pas pétés qui n’interviennent au mieux qu’un tour sur deux ou trois), Eclipse (la version avec les tableaux aliens), Highlander le jeu de cartes à collectionner (où un joueur choisit un immortel à incarner avec son pouvoir de faction en plus de faire du deckbuilding à la Magic)…

    Mais clairement, je suis dans la même attente que Lepionfesseur : ce serait trop cool d’avoir un jeu avec ces pouvoirs pétés dans un cadre compétitif. Genre comme Le seigneur des anneaux JCE, où on choisit entre un à trois persos avec leur pouvoir de faction, avant de faire du deckbuilding – ou juste de gérer une ressource identique comme dans RC.

  14. Bravo pour cette émission qui m’a donné envie de découvrir ce jeu que je n’ai malheureusement jamais eu la chance d’essayer.
    Si on parle de « pouvoirs de factions asymétriques » et de « moyens de contourner les règles standards », j’aurais bien mis Project Gaia en œuvre définitive avec ces 14 factions aux pouvoirs asymétriques (un étant disponible dès le début de la partie et le deuxième se débloquant lors de la pose de l’institut) et les tuiles technologiques qui donnent pour certaines des effets permanents facilitant certaines actions. Après on est pas dans un jeu de conquête ou de bluff donc le jeu s’éloigne beaucoup de Rencontre Cosmique j’entends bien.

  15. Merci pour cette émission et ce jeu que je ne connaissais pas (depuis, je suis allé voir les pouvoirs Alien et ça a l’air vraiment sympa!).
    Effectivement, j’ai pensé immédiatement à Marco Polo avec ses personnages aux pouvoirs asymétriques (« oui, je peux choisir la valeur des dés au lieu de les lancer » :D), même si avec 8 personnages (voire 12 avec l’extension), il fait pâle figure face à Rencontre Cosmique.

    1. Arfffff, précédée de peu ! Effectivement, pouvoirs des persos de Marco Polo sont hyper puissants et très différents !
      En revanche, très difficile de mettre des bâtons dans les roues des adversaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.