Déjà 25 commentaires : Rejoignez la discussion

[Sortons le grand jeu] Scotland Yard – M. Burggraf, D. Garrels, W. Hoermann, F. Ifland W. Scheerer et W. Schlegel

Un épisode de Sortons le Grand Jeu, c’est toujours l’occasion de se remémorer le passé. Cette fois, c’est en 1983 que Cyrus et Le Pionfesseur nous emmènent. Nous partons à la redécouverte de Scotland Yard ! Quoi !? Un jeu « mass market » dans Sortons le Grand Jeu !? Mais oui, parfaitement !

Pour nous soutenir, nous remercier ou encore nous encourager, vous pouvez le faire via uTip (https://utip.io/proxijeux) ou PayPal (https://www.paypal.me/proxijeux).

02:06:58 - Télécharger le fichier mp3

Vous pouvez « streamer » notre podcast ou vous abonner à notre flux Apple Podcast. Si vous nous appréciez, notez notre Podcast dans Apple Podcast et laissez-y un commentaire ! Sur Android, nous vous recommandons d’utiliser l’application (gratuite) Podcast Addict.

Introduction

0:00:00 Introduction

 

0:02:10 Remerciements

Commentaires précédents

0:02:56 Retours sur les commentaires

Les commentaires de l’émission précédente, où nous parlions de Rencontres Cosmiques et de ses auteurs regroupés sur le nom « Future Pastimes », c’est par ici, mais comme d’habitude on vous guide la jungle des commentaires !

 

Scotland Yard, c’est quoi ?

0:15:17 Présentation rapide du jeu

Scotland Yard est un jeu de 5 auteurs et 1 autrice :Werner Schlegel, Dorothy Garrels, Fritz Ifland, Manfred Burggraf, Werner Scheerer et Wolf Hoerman. Le jeu a été édité pour la première fois en 1983 par Ravensburger.

Il s’agit d’un jeu asymétrique dans lequel un ou une joueuse va incarner « Mister X » et les autres incarnent des « détectives » (ou disons des policiers de Scotland Yard).

Mister X tente de semer les policiers dans les rues de Londres tandis que les policiers tentent de coincer Mister X. Pour ça, le plateau matérialise un plan de la ville de Londres avec son réseau de transport. A chaque tour les joueurs et joueuses vont pouvoir utiliser un des 3 moyens de transport : Taxi, Bus ou metro pour se déplacer.

Le TRUC : c’est que le pion de Mister X n’est pas sur le plateau et donc celui ou celle qui incarne Mister X voyage caché, tout ce qu’on sait, c’est quel moyen de transport il a utilisé. Cependant, à des moments bien précis du jeu, Mister X apparaît sur le plateau.

Pourquoi Scotland Yard est un grand jeu ?

0:20:02 Pourquoi ce jeu est important ?

Les prix :

  • 1983 – Spiel des Jahres

Et que ça, mais pas moins que ça !

Classements :

BoardGameGeek :

  • Aujourd’hui : 1 326ème (au moment de l’enregistrement de l’émission), c’pa’ouf mais c’est « mass market »

Les éditions :

  • 1983 – Ravensburger
  • 1984 – Ravensburger
  • 1985 – Ravensburger
  • 1986 – Ravensburger
  • 1987 – Ravensburger
  • 1988 – Ravensburger
  • 1989 – Ravensburger
  • 1990 – Ravensburger
  • 1991 – Ravensburger

Bon OK, j’arrête la blague. Le jeu a toujours été édité, toujours chez Ravensburger et un peu chez MB (Milton Bradley) sur le territoire US.

Il a eu le droit à 3 refontes graphiques majeures et a été traduit en 19 langues !

Les extensions :

Pas d’ça chez nous !

Des Spin off :

  • Dans des lieux différents (par Projekt Team III, mais on ne sait pas qui c’est..)
    • 1999 – N.Y. Chase
    • 2011 – Suisse
    • 2014 – Tokyo
    • 2018 – Venise (pas de crédit, on ne s’encombre plus d’auteur, c’est tellement surfait)
  • Mister X (2009 – Gabriele Mari)
  • Master (2013 – même auteurs + M. Schacht)
  • version Junior (2014 – Michael Schacht)
  • version Cartes (2017 – Inka Brand, Markus Brand)
  • version Dés (2019 –  Inka Brand, Markus Brand, Matthias Prinz)
  • la version ultime : la version Happy Meal (2018 – Gunter Baars)

Autres faits :

  • Des adaptations sur support numérique :
    • Game Boy (1990)
    • Philips CD-I !? (1993)
    • Windows (1998)
    • Nintendo DS (2008)
    • iOS (2012)
    • Android (2015)
  • 1 million de copies vendues en moins de 2 ans, 4 millions en 2003
  • une pub à la télé !!!

L’analyse

0:35:08 La Génèse

Scotland Yard était à la base un jeu de commande.

0:38:53 Autopsie

  • L’asymétrie – un contre tous
  • Mouvement caché
  • Déduction et contre-déduction
  • Blocage façon « mat » aux échecs
0:48:20 Thème
  • Traqué
  • Paumé
  • Deviner et bluffer
0:54:26 Les ascendants
  • Strategic Command (1962 – pas de crédit)
  • L’Attaque (1904 – Hermance Edan) –> Stratego (1946 – Jacques Johan Mogendorff)
  • Flying Squad (1934 – pas de crédit)
  • Husband at Large (1962 – Marilyn O’Gorman, Ed O’Gorman) – aka le nanar auquel vous avez échappé
  • Mastermind (1971 –  Mordecai Meirowitz)
  • Battleship (1931 – Clifford Von Wickler)
  • Stop Thief (1979 – Robert Doyle)
1:09:30 Les descendants

Les « grosses repompes » :

  • La Fureur de Dracula (1987 – Stephen Hand)
    • Deuxième édition (2005 – avec Kevin Wilson en plus)
    • Troisième édition (2015 – avec Frank Brooks en plus)
  • Garibaldi (2007 – Gabriele Mari)
    • Donnera ensuite Mister X en 2009
  • Letters from Whitechapel (2011 – Gabriele Mari & Gianluca Santopietro)
    • Donnera ensuite Whitehall Mystery en 2017
  • Specter Ops (2015 – Emerson Matsuuchi)
  • La Traque de l’Anneau (2017 – Marco Maggi, Gabriele Mari, Francesco Nepitello)

Les Scotland Yard avec un autre paradigme de victoire :

  • Pyramid / Pyramid of Pengqueen (2008 – Marcel-André Casasola Merkle)
    • Un joueur est la momie (comme un enquêteur de Scotland Yard)
    • Les autres font les déplacements cachés MAIS sont en compétition les uns avec les autres
  • Nuns on the Run (2010 – Frédéric Moyersoen)
    • Idem que Pyramid
  • Escape from the Aliens in Outer Space (2010 – Mario Porpora, Pietro Righi Riva, Luca Francesco Rossi, Nicolò Tedeschi)
    • La version “social deduction” de Scotland Yard
    • Il y a deux camps et on ne sait pas qui est qui comme dans Shadow Hunters
  • Last Friday (2016 –  Antonio Ferrara, Sebastiano Fiorillo) :
    • on inverse légèrement le paradigme : un maniaque qui se déplace en secret essaie d’assassiner les 5 autres joueurs et joueuses

Les jeux vraiment différents ou avec une inspiration plus lointaine :

  • Mr Jack (2006 – Cathala et Maublanc)
    • King & Assassins (2013 – Łukasz Woźniak)
  • Captain Sonar (2016 – Roberto Fraga et Yohan Lemonnier)
    • Tout est en temps réel
    • Chaque équipe essaye de débusquer l’autre
    • La déduction se fait assez différemment (il faut que le motif de déplacement soit possible malgré les rochers)
  • Fugitive (2017 – Tim Fowers)
    • C’est une version très abstractisée du mouvement caché
  • Sabotage (2019 – Tim Fowers)
    • Du déplacement caché en 2v2 asymétrique
1:45:17 Œuvre innovatrice, paradigmatique ou définitive ?

 

Les auteurs

1:53:45 Les auteurs

Eh bien…

Leur ludographie :

Euh…

Leur patte :

Macaroni ?

Anecdotes

1:55:32 Anecdotes

Tout au long de nos recherches, nous avons glané quelques anecdotes. Nous vous partageons celles qui nous ont le plus marqués ainsi que quelques réflexions plus personnelles.

Concluons

2:03:20 Conclusion

Il est temps de se quitter, mais on se retrouve dans 2 mois pour parler du Morpion !

 

Nos Sources

Le jeu

Les auteurs

Si vous avez des infos, on prend…

 

Et comme d’habitude : nos souvenirs, nos approximations et nos tentatives d’explications !

25 nombreux commentaires pour [Sortons le grand jeu] Scotland Yard – M. Burggraf, D. Garrels, W. Hoermann, F. Ifland W. Scheerer et W. Schlegel

  1. Merci de retracer l’histoire d’un jeu que j’ai joué très souvent pendant ma jeunesse et que j’ai toujours (mais personne ne veux y jouer..) et dont la visière bleue est en très mauvais état.
    Dommage que vous n’ayez pas plus expliqué ce qu’est le Scotland Yard réellement !
    Stop Thief est plus connu en France sous le nom d’Anti Gang (qu’on avait également et qu’on rejoue de temps en temps – et miraculeusement le « merlin » marche encore)!

  2. Merci pour cette émission, un indéniable Grand Jeu que Scotland Yard ! Un de ces jeux de ma ludothèque d’enfant trop complexe pour mes parents et donc rarement sorti dans une fratrie de 2 :-(. J’en avais un autre comme ça : Intrigues à Venise. Mérite probablement aussi son SLGJ si ce n’est déjà fait ?

    Peut-être que vous en avez parlé mais je n’ai pas le souvenir (écoute en plusieurs fois) : pour moi le grand twist du jeu c’est évidemment le bateau ! Seul transport qui ne peut être utilisé que par Mister X avec un Black Ticket. L’opportunité de véritablement semer ses poursuivants et remettre à zéro toute la traque en plein milieu. Un pouvoir démoralisant extrême sur les policiers car impossible de suivre Mister X en bateau. J’adorais faire ce coup en tout cas : attirer les enquêteurs à moi et pouf, au dernier moment, 1 voire 2 coups de bateau et les compteurs sont remis à 0, les enquêteurs n’ont plus qu’une demie-partie pour gagner. Il ne me semble pas que les Scotland Yard like proposent cette mécanique mais je ne les connais pas tous.

    Pour finir, quelques points de détail sémantiques : c’est une visière et non une casquette non mais (en tout cas dans la boîte d’origine) et on dit/écrit genèse et non génèse ;-).

    Merci, c’est vraiment super de redonner vie à tous ces vieux Grands Jeux le temps d’un podcast.

  3. Il y aurait une base de données à faire avec ces informations, permettant, par exemple, depuis Scotland tard, de voir :
    L’asymétrie – un contre tous
    Mouvement caché
    Déduction et contre-déduction
    Blocage façon « mat » aux échecs
    En cliquant sur « Mouvement cachés », on verrait les jeux cités…

    D’autres « Sortons le grand jeu » possèdent également des éléments pour alimenter cette base.

    1. Bonjour Gilbert,
      Disons que BGG fait déjà ça avec une interprétation différente de la nôtre.
      Du côté de Proxi-Jeux, on a mis en place un wiki qui se remplit petit à petit. J’aurais aimé qu’il puisse aussi servir de support aux émissions et vice-versa come tu le suggères, mais je n’ai pas le temps de m’en occuper malheureusement. Ceux qui s’en occupent sont dans une autre optique 😉
      https://wiki.proxi-jeux.fr/index.php?title=Accueil

      Cyrus

  4. Merci pour ce numéro sur un jeu de ma jeunesse, avec Intrigues à Venise ou encore les mystères de Pekin. En tout cas, ce sont des jeux qui m’ont amené a fréquenter les magasins Descartes par la suite. De nombreuses parties en famille et la visière était en très très mauvais état, elle n’a pas survécu au temps, mais le jeu est toujours chez les grands parents. Je l’ai ressorti l’an passé avec mes enfants et malgré une reticence au premier abord à cause du visuel, tout le monde a passé un très bon moment, et les policiers ont gagné. Il me semble d’ailleurs que le jeu est plutôt bien équilibré entre les deux parties, je ne sais plus si vous l’aviez mentionné. Merci pour votre toujours très bon travail.

  5. Husband at large: Est-ce qu’il est mentionné quelque part dans la règle ce qui arrive au mari lorsque le reste de sa famille le retrouve?

  6. C’est amusant d’entendre un épisode sur ce jeu car c’est pour ma part une non rencontre qui m’a marqué.

    J’ai rencontrer ce jeu un nombre incalculable de fois avec ma mère lorsque , petit, je faisais les courses. C’était le grand hit durant pas mal d’année. Et pourtant, la boite ne m’a jamais attiré. Je ne comprenais pas ce qu’il pouvais y avoir de plaisant à jouer a un jeu avec un pont dessiné dessus. C’est presque l’inverse, la boite m’impressionnais et n’étais pas loin de me faire peur.

    Je pense qu’il me manquais quelques années de plus pour y trouver une attirance. Je suis surement passer à côté d’un jeu qui aurai pu marquer une partie de mon enfance. A la place j’ai eu Les Mystères de Pékin…

  7. Merci pour cette émission !

    Comme pour vous et plusieurs auditeurs, Scotland Yard est à la fois un vrai souvenir d’enfance marquant et un jeu auquel je rejoue encore avec plaisir.
    Il y a cependant toujours un point qui m’a chiffonné en termes de game design, c’est que Mr X dispose d’une quantité limitée de jetons au début, mais qu’au final les inspecteurs lui en donnent tellement qu’il n’est virtuellement jamais bridé dans ses modes de déplacement (Black Ticket mis à part bien sûr). Apparemment ce serait donc juste une astuce pour quantifier au plus juste le matériel dans la boîte, mais j’ai toujours eu le sentiment qu’il y aurait eu matière à rendre le jeu plus tendu, avec la possibilité pour les inspecteurs de faire un embargo sur les bus ou les métros.

    Parmi les descendants/contemporains j’ai aussi pensé à Waldschattenspiel, avec un chasseur unique contre une équipe qui se cache, et surtout un gimmick énorme pour le déplacement caché : on joue dans le noir et le chasseur est matérialisé par une bougie, ou une lampe torche dans les versions récentes.
    Vous avez mentionné L’île au trésor à un moment, j’ai été étonné que vous ne le citiez pas dans les descendants ; même si Long John Silver ne se déplace pas, je pense qu’il y a une filiation forte quand même dans le déplacement à tâtons/déduction.

    Enfin je recommande à tous ceux qui ne la connaissent pas de s’intéresser à la version cartes d’Inka et Markus Brand. Les mécaniques n’ont certes rien à voir, mais un 6 qui prend coopératif avec un traître, ça mérite d’être essayé non ? Et je suis prêt à pardonner le plaquage de licence, tellement je ne vois pas quel thème on aurait pu mettre sur un truc pareil.

    Vivement la prochaine émission (qu’on y entende enfin parler de Vlaada Chvatil… ?)

    1. @Quinarbre
      Les descendants sont mentionnés uniquement par rapport à la mécanique que l’équipe Proxi a jugé principale, à savoir « Mouvement caché ».
      C’est discutable (le mien est différent), mais c’est l’angle choisi.
      A ce titre, L’île au trésor ne peut pas y être cité.
      Par ailleurs, la filiation est limitée : il y a asymétrie mais pas de « un contre tous », les déplacements sont libres et on cherche quelque chose qui ne bouge pas.
      Bon, il y a de la déduction, mais très différente de Scotland tard.

      Peux-tu en dire + stp sur « version cartes d’Inka et Markus Brand » ?
      Quel est le nom du jeu?

  8. Je ne suis pas sûr à 100% mais il me semble que vous n’avez pas parler de l’OVNI Mind MGMT qui est assez ouf si l’on en croit les reviews.
    Sinon, en voyant la description je me suis « comment vont-ils remplir presque deux heures d’émission avec Scotland Yard ? » et bien j’ai pas été déçu, excellente émission.
    Merci beaucoup

  9. Salut les détectives,

    Autant j’ai passé ma vie sur « Labyrinthe » de Ravensburger, un jeu « mass market » qui n’a pas si mal vieilli je trouve, comparé à d’autres … mais je ne connaissais pas du tout « Scotland Yard », mais j’aime bcp les « Mr Jack »-like et leurs dérivés. Je croyais que leurs origines étaient « Intrigues à Venise », merci de m’avoir éclairé !

    Super émission comme d’hab et quel jeu de mots dans le billet : « Leur patte : Macaroni ? », j’ai souri ! 😀

    A+

  10. A y repenser, je n’arrive même pas à comprendre pourquoi gamin je n’ai jamais joué à Scotland Yard. Alors que j’ai écrémé tout ce qui se faisait comme jeu de société à l’époque et qu’on trouvait des Scotland Yard en grande surface. Je me demande si j’avais pas un apriori sur la non re-jouabilité du jeu., je vois que ça.
    Sinon pour revenir à la question de la mécanique de déplacement secret, j’ai aussi pensé à la Guerre de l’Anneau. Cette mécanique y est présente sous une forme un peu différente mais ça reste le même résultat.
    Et en y repensant je me suis fait la réflexion que peut-être que tous les jeux mêlant la programmation d’actions cachées + et la gestion de file d’actions seraient éligibles comme des descendants (ça revient à trouver sur BGG des jeux où on se déplace avec les mécaniques Action Queue + Programmed Movement).
    Quelques exemple : Colt Express, Roborally, Wings of War: Famous Aces, Himalaya, Eketorp,…

  11. J’ai joué à Scotland Yard, le jeu de cartes. L’aspect « social deduction » a duré 1 tour seulement !

  12. Merci pour cette émission.
    Le choix de se focaliser sur le déplacement cacheé est intéressant, même si j’aurais également pris le parti d’autres particularités de ce jeu.
    Je trouve que c’est un jeu paradigmatique de la deduction one vs. All , voire deduction logique, ce qui aurait permis de faire le parallèle avec d’autres jeux : intrigues à Venise, l’île au trésor , … qu’en pensez vous ?

  13. Ah que de souvenirs de ce jeu. Plus jeune j’y ai pas mal joue a vrai dire
    Après dans l’émission vous disiez que dans l’idée y’avais pas de smartphones a l’époque et que question communication ça pouvait être étrange pour l’histoire mais après moi je me dis que bon les radio dans les voitures de patrouille devait déjà en avoir. Ou même des tawlkie aussi je pense. Après me trompes peut-être

    1. Oui, je pense que tu as raison, je n’avais pas pensé aux Talkie Walkie/radios. Ça peut se défendre ! Bonne remarque !

  14. Merci pour la découverte de ce jeu auquel je suis passé à côté pendant toutes ces années.

    En terme de descendant j’avais Rumble in the house ou 10′ to kill (rôle caché déplacement ouvert) qui me semblent être plus des dérivés de Mr Jack que de Scotland Yard.

    Sinon juste pour embêter Cyrus le premier téléphone portable date de 1984. La police sans ça avait déjà d’autres moyens de communication.

  15. Salut,
    dans les descendants, je citerai un autre jeu de Roberto Fraga :
    « Wo war’s? » ou « où est-ce ? » en Français.
    Rien qu’avec le nom on imagine bien le lien. Dans ce jeu il faut arriver à deviner le chemin parcouru par un voleur pour arriver sur sa case, et c’est un jeu enfant de ravensburger… Donc vraiment dans la même veine.
    Il y a une composante audio, mais en tout cas pour la version mini que j’ai, le cœur du jeu donne sensiblement les mêmes sensations que scotland yard du côté des enquêteurs.
    Sinon l’émission était cool.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.