Déjà 9 commentaires : Rejoignez la discussion

[Le Pour et le Contre] Mysterium

Entrez entrez auditrices et auditeurs dans le manoir inquiétant mais ludique de Proxi-Jeux pour un débat quasi mystique.

Pour ce dernier épisode de la saison, Le Pour et le Contre change à nouveau d’ambiance, de mécanique mais pas tout à fait de podcasteurs.

Toujours sous la houlette de la clairvoyante Polgara, Le Pionfesseur et Astien mettent à rude épreuve leurs analyses ludiques autour de Mysterium, As d’Or Jeu de l’année 2016.

Pour nous soutenir, nous remercier ou encore nous encourager, vous pouvez le faire via Tipeee (https://www.tipeee.com/proxi-jeux) ou PayPal (https://www.paypal.me/proxijeux)

1:46:06 - Télécharger le fichier mp3 (97.2 Mo)

Vous pouvez « streamer » notre podcast ou vous abonner à notre flux Apple Podcasts. Si vous nous appréciez, notez notre Podcast sur Apple Podcasts et laissez-y un commentaire ! Sur Android, nous vous recommandons d’utiliser l’application (gratuite) Podcast Addict.

0:00:00 Le retour sur les commentaires

L’équipe commence par revenir sur les commentaire de l’épisode précédent, consacré à Azul.

0:09:15 Présentation du jeu

Mysterium est un jeu de Oleksandr Nevskiy et Oleg Sidorenko, illustré par Xavier Collette, Igor Burlakov, édité par Libellud (2015).

 

 

Il a été édité originellement sous le nom de Tajemnicze Domostwo par Portal.

 

 

0:18:30 Comment le jeu se situe dans le monde ludique

La Proxi-Team revient sur la place de Mysterium dans le monde ludique.

0:40:10 Thématique et édition

Retour ensuite sur la thématique, le matériel qui y concourt et de manière générale sur l’édition de Mysterium.

0:53:00 Accessibilité et gameplay

Ensuite, les contradicteurs s’affrontent sur l’accessibilité (ou pas) de Mysterium ainsi que sur son gameplay.

1:19:41 Extensions et spin-off

Enfin, sont évoqués les extensions et spin-off de Mysterium, notamment Mysterium Park qui doit sortir prochainement et dont la Proxi-Team avait déjà parlé lors de ses émissions cannoises.

Musique utilisée :

Robert Tar – « Gang »

9 nombreux commentaires pour [Le Pour et le Contre] Mysterium

  1. Toujours aussi fan du format et bravo à tous les 3 pour la qualité des échanges !

    Pour réagir à plusieurs points :

    Les jetons de clairvoyance et le fait que la dernière phase du jeu soit silencieux sont bien un ajout de l’éditeur Libellud. ils expliquent leur raison ici : https://www.trictrac.net/actus/mysterium-et-tajemnicze-domostwo-quelles-differences-2-2. L’article est très très détaillé sur les différences entre le jeu original et la localisation : ils voulaient vraiment prendre le temps de bien l’expliquer (et se justifier ?)/ La raison principale de cet ajout est, d »après l’article, d’éviter l’effet leader. Je trouve aussi que c’est une façon de distinguer encore plus les deux phases du jeu.
    En tout cas, cet ajout n’est pas du goût de tout le monde et Bruno Faidutti, par exemple, critique souvent ce choix éditorial : http://faidutti.com/blog/?p=5127

    Comme dans beaucoup de jeux aux rôles asymétriques, je trouve un des rôles plus intéressant à jouer que les autres. Personnellement je préfère de loin jouer le fantôme, je trouve ce rôle plus riche et plus rythmé. Les autres joueurs peuvent vraiment passer par des moments d’attentes rébarbatifs, surtout si le fantôme est en difficulté.

    Vous l’avez très bien dit : cette asymétrie est en revanche un vrai avantage pour initier des joueurs novices. Celui qui connait le jeu fait le fantôme et rythme la partie et dilue les explications au fur et à mesure de l’avancement. Ce n’est pas un jeu familial mais un jeu à faire jouer à sa famille 🙂

    Polgara demandait pourquoi les cartes « objets » étaient plus petites que les autres. Je n’ai pas trouvé de réponses des auteurs ou des éditeurs à ce sujet mais c’est, à mon avis, pour distinguer les 3 étapes de la première phase entre elles et rythmer les difficultés. Pour les personnages, il y a beaucoup d’éléments assez précis et peu redondants d’une carte à l’autre donc sensiblement plus facile pour le fantômes de proposer des cartes « concrètes ». Les lieux jouent davantage du côté de l’ambiance et sont très détaillées mais avec des éléments qui se retrouvent sur plusieurs cartes (de l’eau, un outil, de la lumière, etc.). Le fantôme a la tâche un peu plus complexe parce qu’il peut jouer sur la couleur, l’atmosphère ou de plus concret et les fausses pistes sont plus courantes. Les cartes objets sont beaucoup moins riches et très concrets. Peut-être parce qu’il faut de nouveau limiter les fausses pistes à cette dernière étape pour ne pas épuiser les joueurs ? Mais aussi parce que ça renforce les différences entre les 3 types personnages/lieux/objets et évite d’avoir l’impression de rejouer 3 fois la même phase !

    Encore merci pour cette riche analyse et toutes les questions que ça soulève 🙂

    1. Quand j’y repense, avant l’écoute de l’épisode, j’étais plutôt personnellement mitigé sur Mysterium et du côté d’Astien , tout en reconnaissant les qualités du jeu mais en estimant qu’elles n’étaient pas pour moi. Vous écoutez m’a donné envie de lui redonner une chance. Comme quoi analyser un profondeur un jeu est toujours positif et révèle au grand jour le travail qu’il y a derrière et son originalité. Les éditeurs qui ne veulent que des louanges se plantent dans les grandes largeurs. CQFD !

  2. À mon tour de vous complimenter pour ce débat à 3 vraiment plaisant et intéressant à écouter. Je me retrouve dans beaucoup des arguments présentés, tant du côté « pour » que du côté « contre » d’ailleurs. Impression justifiée ou pas, j’ai trouvé Polgara plus présente dans les échanges que lors des précédents numéros, sans qu’elle prenne expressément parti pour un camp, ce qui rend le format encore plus intéressant à mon goût. Les échanges étaient mesurés et solidement argumentés, sans doute grâce au fait que les trois intervenants avaient déjà une très solide expérience du jeu et donc pas mal de recul. Bref : j’en redemande ! Et je vais sans doute ressortir Mysterium cet été, aussi.

  3. Encore un débat de grande qualité avec beaucoup de points très intéressants soulevés des deux cotés.

    Un grand merci à tous les trois !

  4. Le Pionfesseur est du côté « Pour » mais on apprend dans l’épisode qu’il joue avec des variantes à lui 😀

    Sinon pour le problème de temps mort lorsque le Fantôme réfléchit, parfois trop longtemps, je lui préfère OneKey, qui, en utilisant la même mécanique, se déroule en temps limité et où le fantôme doit jouer PENDANT que les médiums réfléchissent à leurs choix. Le tout timé par une appli qui rend le jeu beaucoup plus dynamique que Mysterium.

  5. Salut,

    Super chronique, comme toujours !

    Je lui préfère Greenville 1989, parce que c’est plus adulte/geek et surtout le rôle du « fantôme » tourne à chaque tour, ce qui permet à tout le monde de faire tous les rôles durant la même partie. Et la mise en place de Mystérium est vraiment fastidieuse (paravent, cartes, horloge, etc.) pour ce genre de jeu, peut-être que le spin-off résoudra ce point.

    Mais avec ce genre de jeux (Dixit-like au sens large), ce sont les joueurs qui font le jeu, j’ai fait des parties où cela n’a pas pris car un des joueurs ne faisait pas d’efforts et c’était un calvaire pour tous.

    Bons jeux !

  6. Excellent débat, très bien mené par tous les protagonistes.
    C’est clair que le mécanisme de ce jeu est en parfait adéquation avec le thème.
    Sur de nombreux points, je rejoins Astien : lourdeurs d’installation, partie trop longue pour enchaîner les parties afin de faire tourner le rôle du fantôme, temps morts…
    Mais pendant le confinement, j’ai pas mal joué sur l’application qui m’a réconcilié avec ce jeu, et tous les points négatifs sautent : on arrivait à enchainer les parties à 4 joueurs en une soirée où chacun prenait le rôle du fantôme, le plus sympa à jouer 🙂
    Alors oui… je vous entends dire que c’est un jeu à ambiance, où faut prendre le temps …. d’être assis autour d’une table en bois,… mais le fait que le fantôme ne soit physiquement pas à côté (bien qu’il entend les échanges via la confcall), que les révélations soient rapides avec un chrono imposé, que la communication verbale étaient très importante, … ont fait que Mystérium fût mon jeu du confinement.
    Par contre, il faut acheter/debloquer toutes les cartes pour éviter de tourner en rond, surtout si on joue avec le même cercle d’amis.

  7. Salut,
    C’est le numéro de la maturité. Débats maîtrisés, sujets bien exposés, documentés…
    Et pour une fois que Lepionfesseur n’est pas dans le camp du « contre », c’est moi qui trouve que ce jeu manque un peu de peps pour m’avoir convaincu. J’ai toujours trouvé que le fantôme retirait plus de son expérience ludique que les autres joueuses, et pas mal d’éléments me semblent un poil artificiel (le décompte, les différentes versions du meurtre…).

  8. Excellent épisode et débat bien mené. Les arguments de part et d’autre sont (à peu près) tous recevables.

    Perso je suis plutôt dans le camp « contre » : lourdeur de la mise en place, lourdeur des parties (un peu épuisante pour le fantôme, difficile d’enchaîner). Les arguments d’Astien m’ont confirmé mon positionnement et ceux de Pionfesseur… ne m’ont pas convaincu 🙂
    Clairement les jetons clairvoyance alourdissent inutilement le jeu, d’ailleurs ils ne sont pas dans la VO. Du coup je joue sans.

    Alors certes il faut accorder à Mysterium le fait d’avoir ouvert une voix ludique, c’est certain.
    Aujourd’hui je lui préfère Similo, qui serait un peu la quintessence de Mysterium : rapide, nerveux, une seule mécanique, on enchaîne les parties pour faire tourner le rôle de l’émetteur (aka fantôme).
    Ok on n’a pas l’ambiance Mysterium… mais ce n’est pas ce que je recherchais finalement à l’époque de sa sortie. Un Similo fait largement l’affaire pour l’expérience ludique recherchée.

    Petite aparté sur l’épisode précédent sur Azul :
    1. j’ai moins commenté les épisodes Proxi-Jeux sortis pendant le confinement, car tout simplement j’écoute des podcasts pendant mes trajets pour aller au boulot.
    2. sur Azul, épisode sympa (comme toujours), mais j’ai trouvé les arguments de Flavien vraiment plat… le procès sur la surproduction… perso je ne vois pas. On sait que Flavien parle beaucoup, mais là ça tournait en boucle sur « je sors mes muscles.. »… un peu lassant.
    Azul se positionne comme un jeu familial « avec beau matos », mais pas surproduit non plus. Les tuiles/carreaux font partis de l’expérience de jeu. Il n’est pas hors de prix, et peut répondre à une demande type « cadeau d’anniversaire pas trop ridicule pour mon neveu ». Je dis ça car, étant « prescripteur JdS » dans mon entourage, j’ai souvent ce type de demande. Un peu comme un Aventurier du Rail, ce dernier étant (bientôt) déjà présent dans de nombreux foyers.

    Vivement les prochains épisodes.
    Longue vie au « pour et contre » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *