Déjà 14 commentaires : Rejoignez la discussion

N°121 – Chroniques

Le Pionfesseur retourné à ses chères études, Polgara reçoit une star internationale pour la présentations des chroniques 121 du mois de novembre 2020. Eh oui, le Maître de Cérémonie de cette émission n’est autre que Hammer !

Hammer en plein show de présentation des chroniques
Hammer en plein show de présentation des chroniques

Pour nous soutenir, nous remercier ou encore nous encourager, vous pouvez le faire via Tipeee (https://www.tipeee.com/proxi-jeux) ou PayPal (https://www.paypal.me/proxijeux)

2:25:58 - Télécharger le fichier mp3 (133.8 Mo)

Vous pouvez « streamer » notre podcast ou vous abonner à notre flux Apple Podcast. Si vous nous appréciez, notez notre Podcast dans Apple Podcast et laissez-y un commentaire ! Sur Android, nous vous recommandons d’utiliser l’application (gratuite) Podcast Addict.

0:02:58 Le retour sur les commentaires

Polgara et Hammer reviennent sur les commentaires de l’épisode 120, diffusé en octobre 2020.

0:08:38 À proximité

Malheureusement, toujours pas de possibilité pour les festivals ludiques de se tenir comme prévu…

0:10:46Le Teignard et Meyklar Meyklar

Que se passe-t-il chez Proxi-Jeux pendant le confinement ? Meyklar utilise-t-il un remède miracle contre la COVID-19 ? Va-t-on en savoir plus sur un secret caché par Proxi-Jeux ?

0:16:29Plateaux Numériques Fendoel Cyrus

Cyrus sort la tête de sa tablette pour nous parler d’une application disponible gratuitement dans votre navigateur Internet : Codenames

Interface du jeu

Le jeu est accessible à l’adresse suivante : https://codenames.game/

0:26:50Ludo Parano DDSchutz

À force de révéler tous les complots du monde ludique au grand jour, ddschutz n’aurait-il pas creusé un peu trop loin ?

0:29:40C'est l'Histoire d'un jeu Polgara Hammer

En ce mois de novembre 2020, mois d’élection américaine, Hammer et Polgara vous proposent un voyage pour les Etats-Unis de 1972 avec le plus grand scandale politique qui aboutit à la démission du Président Richard Nixon.

La boîte de Watergate

L’affaire du Watergate a en effet inspiré à Matthias Cramer le jeu éponyme dans lequel vont s’affronter deux joueuses, l’une incarnant Nixon, l’autre les Rédacteurs du Washington Post. Utilisant une mécanique de tir à la corde, les joueuses vont s’affronter pour récupérer ou dissimuler des preuves et s’assurer du soutien de l’opinion publique en jouant des cartes illustrant les principaux protagonistes et événements de l’affaire.

0:46:33Les analyses du Pionfesseur lepionfesseur

Ce mois-ci Le Pionfesseur va se demander quels sont les différents usages que l’on peut faire d’une carte à jouer en terme de conception de jeu.

Les jeux cités dans la chronique :

  • Magic
  • Carcassonne
  • Bandido
  • Les Colons de Catane 2 Joueurs
  • Ici Londres
  • Dobble
  • Heroscape
  • Le JCC Hecatomb
  • Timeline
  • Detective : Un jeu d’enquête moderne
  • Watson & Holmes
  • Super Cats
  • Les Bâtisseurs
  • Palm Island
  • Super Rhino
  • Doctor Panic
  • Le Donjon de Naheulbeuk
  • La Gloire de Rome
  • Vitrail / On the Dot
  • Imagine
  • Mystic Vale
  • Silver & Gold
  • Donnant Donnant
  • Zoon

0:55:32Ludi L'Uchronie Teaman

Dans cette chronique, Teaman vous propose d’explorer une réalité alternative dans laquelle les auteurs de jeu sont considérés comme des artistes.

1:03:31Ludo Incognito acariatre

Chaque mois, l’Acariâtre tente d’examiner sous toutes les coutures une émotion provoquée par le jeu. Ce mois-ci : la surprise !

Ouvrez votre nouvelle boîte de jeux et celui-ci s’offre à vous, sans pudeur et sans mystère. Le matériel est visible, les règles lisibles, tout est là sous vos yeux. La partie n’est pas encore jouée et vous savez déjà tout du jeu ou presque. Quelle place reste-t-il pour vous surprendre ?

Ce n’est bien sûr pas si simple. La variété du jeu de société cache de nombreuses formes de surprise. Accrochez-vous, c’est parti !

1:17:57Le Proxi-JT d’antan Dany Suisjeux

Flashback : en 1999, le monde est suspendu à l’imminence du fameux bug de l’an 2000. Mais que se passe-t-il dans le monde ludique cette année là ? Retrouvez le JT ludique de cette année en compagnie des fameux journalistes de l’époque Sandrine et Frédéric.

1:28:17Utopia Tuin

« LE meilleur jeu de Uwe Rosenberg » M. Blu

Chaque mois, Tuin explore un thème de jeu de société et s’interroge sur ce qui le rend intéressant et particulièrement fréquent dans notre hobby. Pour la deuxième chronique d’Utopia, Tuin parle de cuisine.

Pourquoi les jeux ont-ils fréquemment recours à la nourriture et à la cuisine ? Qu’est-ce qui rend particulièrement accessible ce thème ? Pourquoi est-ce parfois un choix facile de thème ?

« C’est un épais coulis
Ça me laisse le cul par terre
Autant de mièvrerie
Nappée de crème pâtissière. » Anaïs Croze

1:42:28Tomber dans le pledge Lana Drou

Ce mois-ci, Lana et Drou expliquent et comparent le fonctionnement général des sites Ulule et Kickstarter.

Également évoqué dans cette chronique, le site de financement participatif gameontabletop.com, site français dédié aux jeux de société.

 

1:52:24Kaigai Games Izobretenik

Izobretenik nous relate sa récente visite au Tokyo Game Market d’automne, qui s’est tenu les 14 et 15 novembre 2020.

L’événement a été organisé dans un contexte inédit et il a fallu que les organisateurs redoublent d’ingéniosité et de prudence pour accueillir le public dans les meilleures conditions possibles. Izobretenik revient sur les jeux qui ont fait parler d’eux ainsi que sur l’ambiance générale qui était forcément un peu différente.

 

2:11:25Ceci est un jeu CargoToaster

CargoToaster vous invite à découvrir la nouvelle énigme de « Ceci Est Un Jeu ». Une énigme sonore à base d’extraits musicaux, de répliques de films, de génériques TV etc.. où le but du jeu est de trouver le jeu de société auquel les extraits font référence !

Saurez-vous trouver le jeu en question ?

Pour envoyer votre réponse, c’est ici (date limite : 13 décembre 2020)

 

Sources des extraits sonores :
1. Génériques et jingles

 

2. Ceci est la réponse

La réponse du mois dernier était SET &  MATCH !

 

2:19:46 Réécouter l'énigme

3. L’Énigme du mois

  • « Tartit Touareg Mokubor »
  • Kaamelott – 213 : L’Enlèvement de Guenièvre – par Alexandre Astier
  • « La croisée des chemins » – Mazarin
  • Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, par Alain Chabat, sorti en 2002
  • Publicité Oasis
  • RRRrrrr!!!, par Alain Chabat, sorti en 2004
  • « Comme un voleur ft Jérémy Frérot » – Madame Monsieur

14 nombreux commentaires pour N°121 – Chroniques

  1. Salut les collègues-chroniqueurs et bravo pour ce très instructif étalage !

    Bravo aux deux présentateurs : Polgara à l’aise en toute circonstance et Hammer qui parvient à glisser une info historique et/ou linguistique à chaque intervention !

    @Tuin, ton épisode culinaire m’a particulièrement marqué par le nombre d’idées évoquées. Mes réactions :
    – La cuisine me semble une « valeur refuge » actuelle pour plein de raisons : une activité manuelle et créative, liée aux questions sanitaires et écologiques, moment social de partage (comme tu le dis) et activité valorisante (et partageable sur les réseaux sociaux ;). ça explique sans doute en partie pourquoi ce sujet est enthousiasmant et rassurant comme thème de jeu.
    – Tu aurais pu évoquer la présence commune de la nourriture dans les jeux de gestion. Par exemple nourrir ses ouvriers est une action récurrente : Agricola, Tzolkin, etc. On ne paye pas ses ouvriers mais faut quand-même penser à les rassasier 😉
    – J’aime beaucoup (beaucoup !) le concept de « synesthésie » que tu évoques (même si je préférais parler de « cohérence »). L’idée que les émotions vécues par la joueuse et son personnage gagnent à être parallèles est très riche. Comme tu l’indiques ça passe par des choses aussi concrètes que les gestes de jeu et l’interaction sociale autour de la… table ! Je trouve que les créatrices de jeu devraient plus souvent se poser ce genre de questions de cohérence entre l’attitude « physique » de la joueuse et la perception du jeu.
    – on pourrait aussi parler de la construction du « goût » des joueuses. Comment travailler son palais et sa connaissance des riches saveurs du jeu de société.
    – J’attends avec impatience le prochain épisode sur les zombies, dont cependant les ambitions gustatives sont… moins diversifiées.

    1. Tu as tellement raison, j’en ai les larmes aux yeux (mais il est vrai que je coupe des oignons en même temps).

      Pour le goût des joueuses, c’est clairement un oubli de ma part, ça aurait été une addition excellente à ce segment.
      Je ne me suis pas beaucoup attardé sur le sujet des ressources alimentaires que tu évoques, qui me paraissait le moins porteur – au-delà de la rapide identification des causalités internes à un jeu. Mais le sujet est tellement présent dans ce hobby qu’il aurait sans doute mérité plus ample développement.
      Je n’ai pas vraiment identifié la dimension rassurante de la cuisine et comment elle pouvait donc mieux assuré et rassuré les nouvelles joueuses.

      Merci pour ton retour, ton commentaire et rendez-vous en janvier pour une salade de cerveaux !

  2. Bonjour à toute l’équipe.
    Des sujets très intéressants que vous proposez dans vos chroniques. Je ne prends pas le temps de tout écouter en une fois mais j’aime les sujets abordés.
    – Analyse du Pionfesseur : j’aimerai beaucoup avoir l’avis du côté éditoriale. Pourquoi tel format de carte est choisi au-dessus d’un autre. Choix économique ? Ergonomique ? Est-ce que ce choix est arrêté rapidement en phase de développement ou pas ?
    – Ludi Luchronie : Je pense que certains acteurs considèrent la discipline comme de l’art et le public est en train de l’apprécier comme tel. Comme le cinéma des prix sont décernés aux réalisateurs, aux acteurs, à la lumière … de plus en plus dans le jeu, des prix seront décernés au matériel, aux mécaniques, aux illustrations …
    – Ludo Incognito : la surprise est effectivement très efficace. À lire la lentille #2 de « The art of game design, a book of lenses » de Jesse Schell. Ce qui explique les enveloppes dans les boîtes de jeu ces dernières années, ça fait du joli matériel et ça créé cette sensation de desceller l’objet.
    J’ai hâte de retrouver les futurs chroniques.

  3. Bonjour,
    Un commentaire partiel et qui n’engage que moi
    Ludi L’Uchronie : excellente rubrique : originalité, finesse de l’humour et de l’approche et grande qualité depuis son début (récent)
    Le Proxi-JT d’antan : ce n’est pas évident de faire de l’humour ; je n’accroche pas.
    Plateaux Numériques : toujours intéressant, instructif, et les chroniques vont à l’essentiel. J’achète pas mal de jeux tablette et smartphone et j’ai l’impression que les prix montent inexorablement. Est-ce le signe d’un engouement de + en + grand des joueurs pour ce média ?
    En toute mauvaise foi : l’idée simple et géniale. Encore, encore…
    Tomber dans le pledge : bien fait, chouette boulot.
    Merci pour le travail accompli
    Denis

    1. Bonjour Denis !
      Ah enfin un commentaire sur les Plateaux Numériques !!! Les commentateurs boudent cette chronique, je suis si triste, mais grâce à toi, c’est fini ! Merci !!! 🙂
      Pour les tarifs, je pense qu’il y a plusieurs facteurs à ça :
      – L’arrivée de Steam dans le paysage des plateformes pour les jeux portés, avec des tarifs culturellement plus élevés sur PC (et autres) ;
      – La professionnalisation des studio de développement, au début des portages je connais quelques jeux qui ont été développés par des personnes seules en réalité ;
      – L’essor d’un marché, je pense que ça devient de plus en plus rentable ces applications et donc si c’est potentiellement rentable, on cherche à gagner de l’argent et pas seulement d’en faire un produit de promotion et de rester à l’équilibre ;
      – La multiplication des acteurs dans la chaine : Studio, distributeur, éditeur, auteur, etc.
      Il doit y avoir des éléments de réponse là-dedans et j’imagine que pour chaque jeu le sujet est très différent…

      Cyrus

  4. Hello!

    Bravo à Polgara et Hammer pour la suite de leur chronique. Vivement le 3ème épisode sur Res Publica Romana? ou Brass? A Few Acres of Snow?
    Watergate est un excellent choix. L’auteur du jeu a réussi à concentrer dans un jeu à 2, relativement court, un thème original et une mécanique bien huilée (Battle Card Driven). Il me fait penser à une version condensée de 1960: Kennedy Contre Nixon qui se joue en 30 minutes plutôt qu’en 2 heures. Du coup on le sort beaucoup souvent que ses ancêtres comme Twilight Struggle et 1960.

    Watergate est aussi un excellent exemple d’utilisation intelligente des cartes pour la chronique de Pionfesseur. Il ne pouvait pas citer tous les jeux qui utilisent des cartes 🙂 J’aurai juste ajouté l’un ou l’autre jeu autour de la mécanique de Twilight Struggle ou Watergate. En plus de pouvoir être utilisée de plusieurs façons, les cartes lient une action du jeu à un événement historique. C’est la mécanique basée sur les cartes que je préfère.

    Une autre mécanique originale basée sur les cartes qui méritait d’être citée dans la chronique de PionFesseur est « Le jeu de carte dont vous êtes le héros » comme le 7th Continent où les cartes permettent racontent une histoire unique tout en étant utilisées pour représenter le monde qu’on explore, les personnages, la nourriture, …

    Le 7th Continent aurait pu servir de transition avec la chronique d’Acariatre sur la surprise (J’adore cette chronique sur les émotions liées au #j2s!) Le 7th continent est un des jeux à scénario qui m’a le plus surpris au cours d’une partie, sans en faire des tonnes, mais à petite dose quand on découvre un indice important entre les longs moments plutôt liés à la survie.

    Une autre source de surprise dans certains jeux à scénario plus récents est le matériel caché sous le thermoformage. C’est la seule utilisation pertinente du thermoformage: cacher des surprises (oui, je suis plutôt ziploc).

    PS: j’ai commencé par les commentaires sur mon Top3 des chroniques (« Ceci est un jeu » est hors-compétition depuis que je ne trouve plus la bonne réponse :-))

    Jouez bien!
    Beru

  5. Merci à tout le monde, je pense que j’ai trouvé mon compte dans toutes les chroniques sans exception ce mois-ci !

    Merci à l’Acariâtre d’avoir mis le doigt sur ce qui, je pense, m’empêche de plonger dans les jeux legacy : dès l’ouverture de la boîte, toutes les enveloppes sont déjà là, on nous crie « attendez-vous à être surpris », ce qui produit l’inverse de l’effet voulu. De par sa rejouabilité, le jeu de société reste un media qui ne se prête pas bien au twist, il faut peut-être simplement en faire son deuil et faire confiance à nos adversaires (ou partenaires, même en coop ça fonctionne) pour créer les conditions de la surprise.

    Je prends un vrai plaisir à écouter C’est l’histoire d’un jeu, mais je garde une impression que la chronique traîne un peu en longueur. Probablement parce qu’elle est très documentée, peut-être aussi que ça me rappelle malgré moi mes cours d’histoire au lycée…

    Analyse du Pionfesseur : dans le même genre que les cartes transparentes il y a aussi les cartes à trous. Solenia, de Sébastien Dujardin, est peut-être le représentant le plus connu mais c’est de la pure ergonomie ; dans d’autres jeux comme Black Sonata de John Kean, ça devient un véritable élément de gameplay, car selon la position du trou sur la carte la suite de la partie ne sera pas la même.
    Les concours de création sur BGG voient souvent apparaître des usages originaux des cartes car ils imposent en général des restrictions sur le matériel, et donc les auteurs cherchent à tirer le maximum de l’espace disponible. Un parangon du genre est Do not forsake me (oh my darling), de Todd Sanders : en 18 cartes et sans autre composant il fait tenir un plateau de jeu variable, un marqueur de position, 5 compteurs de ressources, un générateur de nombres aléatoires, un paquet d’événements, un paquet d’ennemis, et les règles complètes s’il vous plaît. On s’en doute, c’est vite pénible à manipuler, mais la prouesse technique est remarquable.

    Je pense que Tuin ne fera jamais sa chronique sur les zombies, c’est juste une grosse blague : cette chronique n’est ni vraiment morte ni vraiment vivante, elle va nous hanter toute la saison…

    J’ai bien cru que je n’avais plus le niveau pour Ceci est un jeu (je n’ai même pas fait de proposition le mois dernier) mais ouf, je pense que celui-ci je l’ai.

    1. Si, si, promis, je devais faire l’émission sur les zombies cette fois-ci.
      C’est juste qu’avec la sortie de la vidéo sur le making-of de [kosmopoli:t] (meilleur jeu du monde), ça paraissait plus intéressant de faire le sujet culinaire.
      Promis, je le fais en janvier.

  6. Salut la proxi-team,

    Je n’aurais jamais pensé entendre un jour, les mots « Gorge profonde » et « film pornographique », dans le podcast … ^^

    Ddschutz va tellement me manquer :'( D’ailleurs, il y a un troisième « d » dans son pseudo sur Twitter, c’est louche !

    Merci pour ces podcasts toujours aussi qualitatifs !

    Bons jeux à vous !

  7. Je passe en coup de vent juste pour dire deux choses pas très importantes:

    – La première (que j’avais oublié de commenter lors du premier épisode des chroniques) : j’adore la musique utilisée dans C’est l’Histoire d’un Jeu. Rien que ce thème sonore pourrait sauver même la plus ennuyeuse des chroniques. Alors quand il illustre une chronique de qualité, c’est du velours.

    – La seconde : j’ai un problème avec Meyklar. En fait la première fois que j’ai entendu le nom de son acolyte, j’étais en voiture et j’avais compris : Le Taenia. Meyklar et le Taenia. Depuis, comme une persistance rétinienne, chaque fois que j’entends sa petite voie aigrelette, je ne peux m’ôter de la tête que Meyklar dialogue en réalité avec un taenia qui lui sort du fondement. Je sais c’est sale, mais il fallait que j’en parle. Désolé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *