Déjà 20 commentaires : Rejoignez la discussion

[Le Pour et le Contre] Scythe

Dans ce nouvel opus, la Proxi-Team vous propose un voyage dans une Europe dystopique à l’issue de la première guerre mondiale. Entre paysage rural et environnement industriel, Astien et Le Pionfesseur devisent de Scythe, le jeu de Jamey Stegmaier illustré par le talentueux Jakub Rozalski, pendant que Polgara en arbitre impartiale occupe l’Usine.

Pour nous soutenir, nous remercier ou encore nous encourager, vous pouvez le faire via Tipeee (https://www.tipeee.com/proxi-jeux) ou PayPal (https://www.paypal.me/proxijeux)

1:39:00 - Télécharger le fichier mp3

Vous pouvez « streamer » notre podcast ou vous abonner à notre flux Apple Podcasts. Si vous nous appréciez, notez notre Podcast sur Apple Podcasts et laissez-y un commentaire ! Sur Android, nous vous recommandons d’utiliser l’application (gratuite) Podcast Addict.

0:03:03 Le retour sur les commentaires

Un rapide retour sur les commentaires de l’épisode précédent dédié à T.I.M.E Stories.

0:08:15 Présentation du jeu

Scythe est un jeu de gestion de ressources (sûrement) et d’affrontement (peut-être) parfois qualifié de 4X se déroulant dans l’univers visuel développé par l’artiste polonais Jakub Rozalski, qui a illustré également le jeu.

Conçu par Jamey Stegmaier et édité par Stonemaier Games en 2016 (localisé par Matagot en 2018 pour la France), Scythe a remporté l’As d’Or expert en février 2017. Prévu pour 1 à 5 joueuses (jusqu’à 7 avec l’une des extensions), Scythe est recommandé à partir de 14 ans pour des parties d’une durée entre 90 et 120 minutes.

Le jeu a connu plusieurs extensions ainsi que des déclinaisons :

  • Conquérants du lointain (2016), qui ajoute deux factions permettant de jouer jusqu’à 7, les highlanders du Clan Albion et le Shogunat de Togawa.

  • Rencontres (2018), qui propose 32 cartes Rencontres inédites à intégrer dans le jeu de base, créées par des fans de Scythe du monde entier.

  • Scythe Modular Board (2019), qui offre de la modularité avec la carte (plateau double face ) et les emplacements des factions.

 

  • My Little Scythe (2017), une version enfant du jeu original, à partir de 8 ans,  conçue par Hoby et Vienna Chou, illustrée Noah Adelman et Katie Khau, édité par Stonemaier Games. Cette version a également une extension sortie en 2020 : Le gâteau dans le ciel.

 

0:00:21 La promesse d'un 4x

Scythe a souvent été présenté comme un 4x, jeu mélangeant exploration, expansion, exploitation et extermination, mais est-ce vraiment le cas ?

0:41:13 La promesse de l'affrontement

Pour beaucoup de joueuses, le jeu a été vu comme un jeu d’affrontement à interaction directe très forte. Analysons ce point.

0:00:00 Stratégie et étoiles

Scythe constitue une course aux étoiles : il suffit d’en avoir 6 pour mettre fin à la partie. Quel dynamique cela implique pour le jeu ?

1:02:14 Thématique et atmosphère

Scythe propose une plongée dans une Europe sortie de l’imaginaire de Jakub Rozalski, entre méca et paysans. Est-ce là la promesse d’une atmosphère riche et forte ?

1:26:09 L'édition

Astien revient sur les particularités liées à l’édition française.

1:29:28 On conclut sur Scythe

L’avis final (et définitif ?) sur Scythe.

Musique utilisée :

Robert Tar – « Gang »

20 nombreux commentaires pour [Le Pour et le Contre] Scythe

  1. Bonjour,
    Vos épisodes sont toujours aussi bien, continuez ainsi!
    Concernant Scythe, je pensais que Pionfesseur aurait saisi la perche tendue concernant le déséquilibre des peuples (passage sur le taux de victoire très important de la Crimée). Après plusieurs parties, on peux constater que la Crimée et la Russie sont beaucoup plus fortes que les autres peuples (pouvoirs spéciaux et cases de départ).
    C’est le seul reproche que j’ai sur ce jeu quand on commence à bien le connaître. Je n’ai pas eu l’occasion de tester les plateaux modulaires mais j’espère qu’il corrige ce défaut car les cases de départs n’en sont plus les mêmes.
    La petite pastille sur le Réveil de Fenris m’est très utile car j’hésitais à le demander en cadeau. Je vais pouvoir le retirer de cette liste 😉
    Bonne continuation !

    1. Je n’irais pas jusqu’à dire que la Crimée et les Rusviet sont « beaucoup plus forts » que les autres factions. Le gros taux de victoire de la Crimée au début de la vie du jeu était notamment dû à une paire faction/plateau joueur qui permettait à la Crimée d’obtenir ses étoiles très vite sans avoir à sortir de son territoire de départ, combinaison bannie depuis (de même qu’une autre avec les Rusviet qui leur permettait de mettre fin au jeu trop rapidement et sans prendre de risques).
      Leurs pouvoirs de départs sont certes puissants mais surtout beaucoup plus faciles à maîtriser au départ, en grande partie car ils autorisent des erreurs dans la planification. Une fois le jeu en main ça se lisse beaucoup.

    2. C’est surtout complètement faux. Oui il y a clairement des disparités de puissance dans l’asymétrie proposée . Mais je ne pense pas que les stats évoquées par astien sur les factions soient pertinentes. Les stats que j’ai vu indiquent surtout que certaines combinaisons factions+plateau sont trop puissantes (et bannies par l’auteur) : Rusviet/Indus et Crimée/Patriot.
      A l’inverse un Crimée/Ingénieur aura beaucoup plus de mal a s’en sortir qu’un Polonia/Agricole ou un Nordic/Innovant ou un Saxon/Industriel qui sont des combinaisons qui présentent de bonnes synergies

  2. Salut,
    J’aime bcp l’univers graphique et la thématique du jeu, ce mix improbable entre agriculture et mécas.

    Par contre, j’en ai un peu ras le bol des jeux surproduits, surtout ceux de Stonemaier Games, c’est un peu le champion (Tapestry, entre autres). C’est l’un des seuls éditeurs, où j’aimerais avoir l’inverse d’une version Deluxe, une version « light » sans le plastoc à foison, etc. avec du carton, par exemple.

    Pour finir, j’ai le même souci qu’avec Root, du fait de l’asymétrie intrinsèque, il faut connaître les règles de chaque peuple pour pouvoir expliquer le jeu correctement, donc trop complexe pour moi.

    A+ les djeuns !

    1. Je ne comprends pas les critiques de jeu surproduit (a moins que tu parles des addon pièces en métal ?). Je me vois mal jouer à scythe avec des cubes en bois ou avec des meca en carton…
      Je trouve au contraire que ça ajoute de l’ergonomie et de l’immersion.

  3. Mon approche de Scythe est peut-être un peu biaisée. J’ai joué uniquement deux parties, la première à 7 joueuses, dont 5 débutantes. Même si j’ai bien aimé l’univers, le jeu m’a donné l’impression d’une longue marche forcée pour essayer de rattraper mon retard (suite à des erreurs ou un manque d’optimisation dans la construction de mon moteur dans les premiers tours) pendant plus de 3h de jeu ( et en 3h, on a le temps d’admirer les graphismes et de voir les joueuses expérimentées écraser petit à petit les autres :D). Il y a beaucoup de bonnes idées (je rejoins les chroniqueurs sur le plateau perso en deux parties, les rencontres et la popularité). On était 6 pour la deuxième partie et c’était encore trop long, mais je ne désespère pas d’essayer avec moins de personnes!

    1. En effet la config 6-7 j n’est pas recommandée , en particulier pour une première partie 😉

  4. Excellente émission comme d’hab. A quand un HS Le pour et le contre « Stonemaier Games, bon ou mauvais éditeur ? ».

    1. Oui je trouve que cela serait plus pertinent que cette longue digression un peu HS par rapport au jeu en question.

  5. Merci pour ce nouveau pour et contre ! Comme souvent on aimerait pouvoir rebondir. Surtout que là vous étiez pas toujours très tendre, même du coté du pour 😉

    Perso j’aime bien Scythe. Vous parlez assez longtemps de son thème et êtes très critique envers celui-ci. Je suis plutôt d’accord avec vous mais il y a quelques autres aspects dans ce jeu que j’aurais bien aimé vous entendre analyser (en pour ou en contre). Si les premiers tours sont souvent les mêmes ce n’est pas le cas ensuite. Entre la course aux objectifs, l’usine, le contrôle de territoire ou la guerre (froide) il règne une certaine tension dans la deuxième moitié qui personnellement me plait bien.

    Bref pour moi c’est avant tout un jeu de gestion mais assez interactif (très éloigné d’un Kemet quand même). Le thème est chouette et vendeur mais au final comme tout jeu euro je pense que faut pas trop en attendre au risque d’être déçu. La surhype autour de ce jeu vient beaucoup à cause de ça je crois (et du matériel).

    L’extension Fenris est pour moi une chouette extension de par ses ajout mécaniques. La narration n’est peut-être pas à la hauteur mais ce serait dommage de passer à côté pour cette raison. Personnellement je ne joue plus à Scythe sans l’ajout de certains modules issus de cette extension.

  6. Très bonne émission, les arguments du Pionfesseur sont bien exprimées (dans de précédentes émissions c’était un peu « le pour et la mauvais foi » 😉 )

    Quelques précisions :
    – Le jeu n’a jamais été présenté comme un 4X mais un 3X, l’absence d’exploration étant explicite dès le départ ;
    – Jouer à 6-7 est certes possible avec la première extension mais fortement déconseillé par l’auteur dans les règles, il y explique avoir inclus des règles spécifiques parce qu’il se doutait pertinemment que certaines joueuses allait essayer.

    Je me souviens que lorsque les premières infos sur le jeu sont sorties, il était présenté comme un hybride entre Kemet et Agricola. La mention du premier ainsi que la présence des gros mechs contraste en effet pas mal avec le peu de combats et la sensation de guerre froide une fois en jeu, et c’est ce que j’ai regretté au départ, mais j’ai eu l’occasion de me rendre compte qu’il s’agissait en partie d’un « comportement de groupe » quand j’ai fait des parties avec d’autres joueurs que ceux de mon groupe habituel. Certains jouent très agressif et n’hésitent pas à attaquer souvent (j’ai vu des parties avec 15 à 20 combats), même après avoir obtenu leurs 2 étoiles, pour retarder un adversaire, lui piquer des ressources et l’empêcher de contrôler trop de territoires.

    Je rejoins le Pionfesseur sur la sensation de lenteur au départ ainsi que sur celle de connaître ses 5 prochains coups, mais c’est justement ce qui rend le début de partie rapide une fois qu’on connaît le jeu et qui permet de se préparer à la suite en observant les actions des adversaires (notamment quelle recrue débloquer pour en bénéficier au maximum). J’ai à chaque fois la sensation de lancer une locomotive avec beaucoup d’inertie au départ et un emballement progressif.

    Comme Astien, j’ai été déçu par l’extension Fenris dont la narration est effectivement ratée (histoire simpliste et racontée très sommairement) et sert surtout à introduire les différents modules, dont la plupart sont loin d’être passionnants. Au final nous n’avons jamais rejoué avec une fois la campagne terminée…

  7. Emission sympa, comme d’hab.

    Un seul bémol cependant, l’espèce de Matagot-bashing vers la fin.. (1h26mn si jamais).

    Un reproche est valable : les erreurs de traductions sur l’extension Fenris. Maintenant, les erreurs de traductions sont malheureusement « habituelles » dans le monde du JdS (coucou Pixie Games), et dans le cas de Matagot, c’est en général traité dès le premier reprint. Pour Scythe, la VF du jeu de base avait été revue depuis la toute première édition par Morning (la règle parlait de « Mechs », c’est devenu des « Mechas », un peu mieux prononçable en français) et de tête, c’était assez propre.
    Maintenant c’est vrai pour Fenris qui comporte quelques boulettes, mais ça reste la dernière extension d’un jeu qui en compte 4 (ou 5, c’est selon), franchement on a vu pire ☺

    Vous citez également Everdell comme exemple de jeu à erreur, où la première édition nécessite effectivement un sticker à apposer sur le plateau.
    Sauf que la première trad d’Everdell a été réalisée directement par Starling Games lors du Kickstarter, à la truelle comme on le sait. C’est Matagot qui a repris tout ça pour l’édition française boutique, qui ne contient (presque) aucun soucis (les bonus de l’édition collector, de chez Starling, donc, ont toujours quelques coquilles).

    Mais ça à la limite, aucun soucis, les problèmes de traductions sont vraiment pas cool, surtout sur des règles de jeux.
    Aucun soucis pour la grogne justifiée, mais sur la trad d’Everdell, Matagot n’y est pas pour grand chose.

    Par contre, les reproches sur l’édition en elle-même, je ne les comprends vraiment pas.
    Polgara souligne bien que Jaimey Stegmeier est un peu control-freaks avec ses jeux, et depuis toujours, niveau matos, les éditions localisées sont identiques en tout point aux éditions originales.
    J’ai bien du mal à voir ce que Matagot aurait pu apporter en plus à un Scythe, un Wingspan ou un Tapestry… bien du mal à voir ce qu’il faudrait ajouter quand on ouvre la boite..

    Tiens, ROOT (jeu non-Stonemeier) est également rapidement cité, et justement, Matagot a directement inclus la première extension (Riverfolk) dans la boite de base, afin d’offrir plus de peuples aux acheteurs français du jeu de base.
    Donc en fait, Matagot a justement fait ce qui lui est reproché à 1h26 (« pas de volonté d’approfondissement).

    Bref, je ne suis pas du tout spécialement fan de Matagot ou autre (j’achète les jeux qui me plaisent, sans même regarder l’éditeur). Je sais que nous autres français on aime bien râler sur tout, mais c’est encore mieux quand c’est justifié.
    La petite grogne sur Matagot ne me le semblait pas ☺

    (Et voilà, je range mon épée de chevalier blanc, défenseur de la veuve, de l’orphelin et des éditeurs de JdS français qui, si on aime bien leur gueuler dessus, font quand même un sacré bon boulot, et on ne peut pas dire qu’en France on soit à la traine, niveau offre dans notre loisir préféré).

    1. Une autre digression hors sujet à mon avis également, ces critiques de traductions de matagot. Même si tout cela mérite la discussion je ne vois pas le rapport avec le jeu en question qui est parfaitement traduit.

  8. Merci pour cette émission, que j’ai trouvée un peu en deçà des precedentes pour 2 raisons :
    – des digressions peu pertinentes vis à vis du jeu en question (le marketing de Stonemeier , les traductions de matagot)
    – Un peu déçu que le camp du contre n’ait au final que 2 parties … ça fait peu pour un jeu de cette profondeur je trouve. Du coup les critiques sont souvent peu pertinentes

    1. Quelques arguments « contre » que j’ai trouvé un peu injustes :
      – « c’est pas un vrai 4X » (heu… osef non ? je ne pense pas que juger un jeu par rapport à ce que l’on croyait que ça aller être soit pertinent )
      – « le démarrage est lent et scripté » (a nuancer, cela dépend quand même de ce que l’on décide de faire, les 5 premiers tours peuvent être très différents)
      – « on traverse la rivière surtout pour exploiter plus de ressources » (non, on peut acheter les ressources manquantes, et l’exploration est tentante aussi pour les rencontres , l’usine , les combats… et elle peut être atteinte par une mine, un meca ou un pouvoir de faction)
      – « Peu d’affrontement » : c’est justement le propos de guerre froide / intimidation. Pas certain que cela soit un défaut.
      – « manque de narration lors des rencontres » : oui je suis d’accord , (même si les joueurs peuvent ajouter du roleplay s’ils le souhaitent). c’est bien mieux géré dans NEAR & Far par exemple, mais il y a un livre d’aventures.
      – « L’enrôlement n’est pas thematique » : je le vois comme des espions que tu recrute chez tes voisins
      – « le bonus bâtiments » et «  les rivières à sens unique ?!? » , oui on d’accord , mais c’est l’un des seuls éléments peu thematique à mon avis (et peut être aussi l’impossibilité de transporter le héros sur un meca). Tout le reste dans ce jeu présente des actions qui font sens (popularité, puissance, production, enrôlement/espionnage, rencontres…), ce qui rend d’ailleurs l’explication des règles assez intuitif pour un jeu de ce poids (dommage de ne pas l’avoir indiqué coté « pour »)
      Je trouve le procès de mécaniques artificielles sur scythe largement exagéré.

  9. Qq arguments oubliés coté « pour » :
    – des règles plutôt intuitives rapidement apprises pour un jeu de cette complexité (en connaissez vous d’autres ? Peut être Lewis & Clark ou Puerto rico)
    – un jeu de gestion de ressources avec de l’interaction directe, ou l’on peut saisir les possessions des autres joueurs. (En connaissez vous d’autres ? Peut être Root ?)
    – un jeu de course à l’objectif sur de multiples voies , assez rare pour être noté
    – un matériel de qualité et une traduction parfaite de la règle et des cartes

  10. Pour revenir sur les cartes rencontres , qui sont une bonne idée du jeu (même si cela ajoute pas mal de hasard), a mon avis il leur manque un titre introductif pour l’immersion (l’image seule ne suffit pas).

    Exemple pour la carte dans la règle du jeu :
    « Vous tombez sur une raffinerie de pétrole devant laquelle se tient un homme chevauchant un renne »

    Et c’est seulement ensuite que l’on peu découvrir les 3 propositions.

  11. Allez je me lance, car Scyth est le premier jeu dont je suis fan. Scyth est interressant. Vos critiques sont justifiés pour certaine.
    J ajouterai que l extension stratége des cieux n est pas indispensable.

    Apres, le jeu et la stratégie dépende des joueurs autour de la table.

    Je profite de ma réaction pour soutenir Matagot qui localise de bon jeu.

  12. Est ce que pionfesseur a payé alfa pour gonfler les commentaires de cet épisode ? 9 commentaires sur l’épisode, je ne vois pas d’autres explications
    Épisode bien sympathique, je n’ai jamais joué à scythe mais ça m’a donné envie de découvrir la chose.
    J’avais l’impression qu’ Astien et pionfesseur auraient pu changer de camps en cours d’épisodes !
    Bonnes vacances à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *