Déjà 4 commentaires : Rejoignez la discussion

[Termes’O’Fromages] M comme Meeple

Dans cette chronique, Perekastor et Flavien discutent autour du micro des termes qu’on retrouve dans l’univers du jeu de société. Le jargon du jeu de société vous paraît obscur ? Le duo tente d’éclaircir une notion dans chaque épisode. Ce mois-ci, un épisode  en prolongement du précédent sur le matériel, puisqu’on s’intéresse à un de ses éléments bien connu des joueurs, le meeple !

0:47:56 - Télécharger le fichier mp3 (43.9 Mo)

Vous pouvez « streamer » notre podcast, le télécharger en MP3 (lien download) ou vous abonner à notre flux iTunes. Si vous nous appréciez, notez notre Podcast dans iTunes, et laissez-y un commentaire ! Sur Android, nous vous recommandons d’utiliser l’application (gratuite) Podcast Addict.

M comme Meeple

Au cours de cette émission, on s’intéresse à plusieurs facettes du célèbre pion à forme humanoïde et issu, a priori, de Carcassonne.

On commence par un petit historique, entre légende, mythe et réalité (quelques liens utiles : ici ou ), avant de nous poser des questions sur son utilisation et sa généralisation comme élément reconnaissable et iconique du monde ludique, immédiatement identifié par les joueurs habitués. On se pose d’ailleurs la question du regard des novices sur ce curieux personnage et son nom, popularisé au point de s’inviter dans des noms de jeux, d’événements, d’associations… (Meeple War, Save the Meeple, Meeple Circus, Philibert souvent désigné comme Meeple orange…), et d’être ajouté à Oxford Dictionaries !

Par prolongement, on se pose des questions juridiques sur l’utilisation de la forme avec ses exactes dimensions, en les modifiant ou encore du nom lui-même. Merci à ceux nous ayant répondu quant à ces informations : Alain Balaÿ de Blue Cocker, AlexP, Ian Parovel, Kisco, ReiXou. Arrivé après l’enregistrement, Cédric Millet, auteur de Meeple Circus, nous a précisé que les pions du jeu avaient spécialement été conçus pour le jeu pour des questions d’ergonomie (rappelons que Meeple Circus est un jeu entre autres à base de réalisation de figures).

On termine enfin sur l’utilisation qui peut être faite de ce pion (ouvrier, outil de score…) ainsi que des modifications qui peuvent lui être apportées (forme, stickers…), notamment pour une adéquation au thème du jeu, et on compare un peu aux figurines présentes dans d’autres jeux.

Quelques jeux cités lors de l’émission, par ordre alphabétique :

En tout fin d’émission, un petit concours improvisé avec un lot surprise qui saura vous épater. On vous demande de créer un terme pour un élément ludique fréquemment utilisé, un peu comme meeple ou kubenbois, soyez inventifs. Vous pouvez nous proposer vos réponses avec leur explication à contact@proxi-jeux.fr ou sur Twitter à @ProxiJeux avec les mot-dièse #concoursmeeple

4 nombreux commentaires pour [Termes’O’Fromages] M comme Meeple

  1. Super épisode ! (Si je réfléchis à ce qui me plait tout particulièrement dans cet épisode, c’est le sujet déjà mais aussi le fait que vous brassiez plein d’aspects : historique, juridique, exemples de jeux, ressentis et questionnements personnels, que vous citez plein de sources mais s’étendre plus que mesure sur un point en particulier ou tenter de vous convaincre l’un l’autre. Ça rend le tout très riche, très accessible et ça donne envie de creuser ensuite de son côté sur les aspects qui nous accrochent personnellement).

    Concernant les exemples, je penses à deux jeux en particulier :
    – Dans Scythe, que vous citez, on a la coexistence de figurines et de meeples (ce qui ne me semble pas classique). Les meeples sont d’ailleurs personnalisés par faction. Dans Scythe, cet dichotomie du matériel me semble à la fois relever d’une filiation affirmée des deux écoles du jeu (Améritrash / jeu à l’allemande), d’une ergonomie (distinction dans la règle des personnages en bois et en plastique pour le déplacement par exemple). Ce qui est dommage c’est que le thème et les règles mettent en avant le fait que Scythe n’est pas un jeu guerrier et que les ouvriers ont une grande valeur dans cette uchronie. Mais le matériel ne le laisse finalement pas percevoir, les meeples paraissant bien pauvrement habillés faces aux héros et méchas.
    – Dans The Boss, les hommes de main sont représentés par des cubes. Après vous avoir écouté, je me demande si ce n’est pas l’explication de pourquoi le jeu m’a toujours paru si froid et mécanique. Je vais essayer d’améliorer mon jeu avec un lot de meeples pour voir si ça change mon ressenti !

    Vous dites que le meeple n’est pas une marque au sens juridique du terme, mais on constate qu’il est devenu le symbole universel du jeu de société. Bien plus simple à comprendre qu’un simple cube en bois, plus moderne qu’un dé, pion ou carte à jouer, plus universel qu’une figurine. Lui avoir fourni un nom et une forme standardisés ont sans doute beaucoup aidé pour ça ! Pour moi, on frole d’ailleurs l’overdose de ce côté là vu le nombre de sites web, d’associations et bars ludiques ou d’événements qui y font appel…

    Enfin, vous citez le fait qu’un avatar neutre permet de projeter sur le meeple ce qu’on veut. J’ai de mon côté l’impression que c’est plutôt l’inverse. Dans les jeux de gestion, le joueur n’est jamais incarné par le meeple ou presque. Il est plutôt le donneur d’ordre de ces meeples qui ne sont finalement qu’une « ressource humaine ». Le fait qu’il soit neutre évite alors les états d’âme du joueur qui envoie à chaque tour ses ouvriers au turbin, les parie ou les sacrifie. Si les meeples étaient individualisés et plus finement représentés, ça deviendrait difficile émotionnellement de les traiter de la sorte, non ?

    Merci en tout cas pour cet épisode ! Comme vous le voyez, ça me fait réfléchir 🙂

  2. Merci pour cette très chouette chronique.

    Pour les meeples genrés et/ou avec stickers, il y a ceux de Rampage, où on mange des meeples, qui peuvent être des blondes (identifiées par la jupe et de couleur jaune), avec le goodies stickers pour mieux les identifier.

    Je pense aussi à ceux de Majesty, qui pour le coup sont complètement impersonnel et servent de monnaie d’achat. On aurait pu avoir de bête cube (comme dans Century, sur la même mécanique de jeu), mais c’est intéressant de voir que l’éditeur (Hans im Glück justement) a choisi des meeples. Surement une sorte de clin d’oeil ludique. D’ailleurs dans la règle il parle bien de meeple.

  3. Bonjour, merci pour cette dernière chronique des Termes’O’Fromage, c’est super intéressant de vous écouter à chaque émission.
    Il me semble que vous êtes ouverts à toute suggestion de thèmes pour de futures émissions; donc voilà je me lance dans des propositions en pagaille:
    D comme Draft!
    B comme Bluff!
    F comme Financement participatif!
    R comme Ré-éditions!
    S comme Spiel des jahres!
    A comme As d’Or!
    S comme Solo mode!
    H comme Hasard!
    E comme Extensions!
    M comme Mécaniques de jeu!
    M comme Magic l’assemblée!
    I comme Immersion!
    A comme Ambiance!
    S comme Stretch goals!
    T comme Token!

    Voilà pour mes suggestions, en espérant que certaines (au mieux, toutes!) vous donneront envie d’en parler pour de prochaines émissions.
    Bonne continuation!
    Michael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *